Des manifestants par centaines de milliers en Algérie pour protester contre le pouvoir (IMAGES)

Des manifestants par centaines de milliers en Algérie pour protester contre le pouvoir (IMAGES)© Ryad Kramdi Source: AFP
Rassemblements contre le pouvoir du 29 mars 2019 à Alger.

Une manifestation monstre a déferlé ce 29 mars à Alger pour réclamer la chute du système en place. La police a eu recours aux canons à eau et gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants mais le rassemblement se déroule dans le calme.

Une foule gigantesque réclame à Alger, pour la 6e semaine consécutive, le départ du «système» au pouvoir, quelques jours après la proposition du chef d'état-major de l'armée d'écarter le président Abdelaziz Bouteflika.

Les Algériens ont afflué place Maurice Audin et le cortège s'est ébranlé en début d'après-midi. Chantant l'hymne national, armés de nombreuses pancartes, les manifestants ont prié le pouvoir en place et le président Bouteflika de «dégager».

Difficile à évaluer précisément en l'absence de chiffres officiels, la mobilisation apparaissait encore plus forte que celle de la semaine dernière, de l'ordre de dizaines de milliers de personnes, semblant indiquer que l'offre du chef de l'armée n'a pas réussi à apaiser la contestation.

La police a recours aux canons à eau et aux gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Des policiers antiémeute ont formé un épais cordon pour empêcher les protestataires de remonter le boulevard Mohamed V, en direction de la présidence.

Le rassemblement populaire à Alger était aussi l'occasion de régler des comptes symboliques avec les dirigeants algériens dont la foule souhaite ardemment le départ. Installé dans la manifestation, un homme déguisé en juge a ainsi pris à partie des personnages masqués représentant différents ministres ou responsables algériens, tels Ali Haddad, président démissionnaire de la plus grande organisation patronale algérienne, Amar Ghoul, ancien ministre des travaux public ou encore Ahmed Ouyaha, ex-premier ministre.

Il a invectivé chacun d'entre eux : «Il n' y aura pas de pardon pour vous !» Il a lancé à l'homme grimé en ancien ministre des travaux publics : «Tu as vu l'état des autoroutes ?»

D'autres mobilisations se sont produites dans de nombreuses villes algériennes comme à Constantine, Médéa, Bouira, Tlemcen, Tizi Ouzou, Blida ou encore Bejaia, rassemblant des milliers de personnes.

Depuis l’officialisation de la candidature du chef de l'Etat algérien à l'élection présidentielle à la mi-février, les mouvements de protestation se sont multipliés en Algérie, contraignant Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 20 ans, à renoncer. Cette décision n'a pas pour autant calmé les esprits car elle allait de pair avec un report de la présidentielle. L'idée d'une transition qui serait menée par le pouvoir en place est rejetée par une grande partie de la population algérienne. L'Algérie a donc massivement exprimé ce 29 mars son mécontentement envers le système en place. 

Lire aussi : Algérie : l'ancien Premier ministre réclame la démission de Bouteflika

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»