Brésil : l'ancien président Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption

Brésil : l'ancien président Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption© Adriano Machado Source: Reuters
Michel Temer à Brasilia le 23 août 2017 (image d'illustration).

Une nouvelle tête est tombée au Brésil dans le scandale de corruption qui tient en haleine le pays depuis cinq ans. Michel Temer est soupçonné d'avoir été à la tête d'une organisation ayant détourné des centaines de millions d'euros.

L'ancien président brésilien Michel Temer a été arrêté le 21 mars dans le cadre de l'enquête anticorruption «Lava Jato» (Lavage express) à Sao Paulo a annoncé le parquet de Rio de Janeiro. «Il a été arrêté à Sao Paulo», a expliqué un porte-parole du parquet, confirmant des informations des médias brésiliens.

Michel Temer, qui a quitté le pouvoir fin 2018 après près de deux ans et demi de mandat, fait l'objet de plusieurs enquêtes pour corruption, et devrait être rapidement transféré vers Rio de Janeiro, selon la chaîne de télévision Globonews. Soupçonné d'avoir été à la tête d'une organisation ayant détourné des centaines de millions d'euros, il a été arrêté sur l'ordre d'un juge fédéral, de même que l'ancien ministre des Mines et de l'Energie, Moreira Franco. 

Michel Temer était arrivé au pouvoir en août 2016 après la destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff – pour maquillage des comptes publics – dont il était le vice-président de centre droit. Il avait cédé les clés du palais du Planalto le 1er janvier dernier à Jair Bolsonaro, après avoir battu des records d'impopularité à l'issue d'un mandat entaché par des scandales de corruption.

La tentaculaire enquête Lavage Express, lancée il y a exactement cinq ans, a mis au jour le plus grand scandale de corruption de l'histoire du Brésil, autour du groupe public pétrolier Petrobras. Elle a conduit derrière les barreaux de très nombreux responsables politiques de tous bords et des chefs d'entreprises de premier plan, dont l'ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, dit Lula.

Lire aussi : Corruption : la justice française enquête sur une vente de sous-marins au Brésil

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»