Theresa May réclame à Bruxelles un report du Brexit jusqu'au 30 juin

Theresa May réclame à Bruxelles un report du Brexit jusqu'au 30 juin© HANNAH MCKAY Source: Reuters
Theresa May, Premier ministre britannique.

Initialement prévue le 29 mars, la sortie de Londres de l'Union européenne pourrait-elle être reportée jusqu'au 30 juin ? C'est ce qu'a réclamé Theresa May, Premier ministre britannique, au président du Conseil européen Donald Tusk.

«J'ai écrit ce matin au président du Conseil européen Donald Tusk pour l'informer que le Royaume-Uni souhaitait une extension de l'Article 50 [du Traité de Lisbonne qui régit la sortie d'un pays de l'UE] jusqu'au 30 juin», a déclaré le 20 mars Theresa May, Premier ministre britannique.

La Commission européenne a quant à elle de suite réagi en affirmant qu'un report au 30 juin poserait «un grave risque juridique et politique», selon un document interne consulté par l'AFP.

Dans cette note présentée aux commissaires le 20 mars au matin, l'exécutif européen a plaidé soit pour un report jusqu'au 23 mai, avant les élections européennes, soit jusqu'à au moins fin 2019. «Toute autre option [comme par exemple une prorogation jusqu'au 30 juin 2019] entraînerait de graves risques juridiques et politiques pour l'UE», est-il écrit.

La demande de report du Brexit doit être acceptée à l'unanimité par les 27 dirigeants de l'UE, qui se réunissent les 21 et 22 mars à Bruxelles.

Le 23 juin 2016, les Britanniques ont choisi de se séparer de l’Union européenne en votant, par référendum, pour le Brexit. 51,9 % des Britanniques ont ainsi voté pour sortir du projet européen.  

Le Brexit était censé théoriquement avoir lieu le 29 mars mais la dirigeante conservatrice n'a pas réussi à faire adopter par le Parlement l'accord de divorce qu'elle a conclu avec Bruxelles. Le Parlement avait par ailleurs rejeté la semaine dernière une sortie sans accord.

Theresa May avait pourtant longtemps exclu l'idée de ce report. Elle en a fait porter la responsabilité à la Chambre des Communes «qui a rejeté l'accord pour la deuxième fois le 12 mars» et au président de la Chambre qui a refusé la tenue d'un nouveau vote sur le même texte cette semaine.

Elle avait exclu la tenue d'élections générales au Royaume-Uni, estimant que les Britanniques voulaient la mise en œuvre de leur vote pour sortir de l'UE de juin 2016.

Auteur: RT France

Lire aussi : Royaume-Uni : chômage au plus bas et hausse des salaires à l’approche du Brexit

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»