Royaume-Uni : chômage au plus bas et hausse des salaires à l’approche du Brexit

Royaume-Uni : chômage au plus bas et hausse des salaires à l’approche du Brexit© Toby Melville Source: Reuters
Tower Bridg à Londres (image d'illustration).

A l'approche de la date officielle du Brexit, la scène politique britannique est rythmée par d'incessants rebondissements, eux-mêmes liés au bras de fer entre Londres et Bruxelles. Malgré ce chaos, l'économie britannique affiche de beaux chiffres.

A l'approche de la date théorique de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), l'imbroglio politique autour de sa mise en place se poursuit : le Premier ministre britannique Theresa May doit adresser d'ici mercredi 20 mars une lettre à l'UE pour demander un report du Brexit au-delà de l'échéance du 29 mars. Sur le plan économique, en revanche, la situation se montre avantageuse pour le Royaume-Uni : l'Office national des statistiques britannique rapporte que le taux de chômage du pays a atteint son plus bas niveau depuis 1975, reculant à 3,9% lors des trois mois achevés à fin janvier 2019. Malgré, donc, toutes les incertitudes économiques que fait peser le Brexit.

Royaume-Uni : chômage au plus bas et hausse des salaires à l’approche du Brexit© ONS.GOV.UK
Graphique sur l'évolution du taux de chômage au Royaume-Uni depuis 1971.

En outre, selon le même organisme, le taux d'emploi a atteint un nouveau record historique à 76,1%, son plus haut niveau depuis le début de la compilation de ses statistiques en 1971.

Royaume-Uni : chômage au plus bas et hausse des salaires à l’approche du Brexit© ONS.GOUV.UK
Graphique sur l'évolution du taux d'emploi au Royaume-Uni depuis 1971.

Enfin, les salaires, primes comprises, ont nettement progressé de 3,4% sur un an, renforçant le pouvoir d'achat des ménages qui avait souffert en 2017 d'une forte hausse des prix.

Si le Brexit n'a pas encore été mis en place, ces chiffres démentent, tout du moins, certaines prédictions pessimistes sur l'impact immédiat du vote en faveur du Brexit sur l'économie britannique.

Dans un climat anxiogène lié aux négociations tendues, tant entre le gouvernement britannique et les députés qu'entre Londres et Bruxelles, nombre d'anti-Brexit défendent l'idée d'un nouveau référendum sur le sujet, estimant que les électeurs n'avaient pas voté en connaissance de cause pour la situation confuse actuelle. A l'inverse, des Brexiters s'estiment trahis par leurs dirigeants, à qui ils reprochent une trop lente mise en place du Brexit ou un Brexit trop «soft» (c'est-à-dire accordant trop de concessions à l'UE). Une centaine d'entre eux ont entamé le 16 mars une longue marche vers Londres depuis le nord-est de l’Angleterre.

Lire aussi : Brexit : victoire éclatante de Theresa May au sein de son Parlement

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»