Indépendance énergétique de la Crimée : Poutine inaugure deux centrales électriques

Indépendance énergétique de la Crimée : Poutine inaugure deux centrales électriques
Vladimir Poutine assiste au lancement de la centrale énergétique de Balaklava à Sébastopol, le 18 mars 2019

Après l'inauguration, en mai 2018, du plus long pont d'Europe permettant de relier la Russie continentale à la Crimée, Vladimir Poutine a assisté au lancement de deux centrales électriques destinées à garantir la sécurité énergétique de la péninsule.

Ce 18 mars, cinq ans jour pour jour après le rattachement de la Crimée à la Russie, Vladimir Poutine assisté à la cérémonie de lancement d'une centrale électrique à Sébastopol et a officialisé, par visioconférence, celui d'une autre centrale, située à Simféropol, capitale de la région.

Nous avons aujourd'hui franchi une nouvelle étape dans le renforcement de la sécurité énergétique de la péninsule criméenne ainsi que du sud de la Russie.

Les deux structures, dont les premiers blocs énergétiques avaient été lancés au mois d'octobre 2018, pourront désormais «fonctionner à pleine puissance», s'est réjoui le président russe lors de la cérémonie.

«Nous avons aujourd'hui franchi une nouvelle étape dans le renforcement de la sécurité énergétique de la péninsule criméenne ainsi que du sud de la Russie», a-t-il déclaré. De son côté, le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov a en effet expliqué qu'une partie de l'électricité produite par ces deux centrales pourrait être transférée sur la Russie continentale.

Dépendant énergétiquement du reste de l'Ukraine avant son rattachement à la Russie, la Crimée a depuis subi de nombreuses coupures de courant, dont certaines ont été attribuées par Moscou à des actes de sabotage. Au mois de novembre 2015, par exemple, les quatre lignes électriques ukrainiennes fournissant de l'électricité à la péninsule avaient été détruites, provoquant une panne d'électricité massive en Crimée.

Au mois de mai 2018, le pont le plus long d'Europe était inauguré par Vladimir Poutine. Après sa construction qui avait duré à peine plus de deux ans, la structure permettait enfin de relier la Russie continentale à la Crimée par la voie terrestre.

Le 18 mars 2014, après un référendum d'autodétermination fondé sur le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, la Crimée rejoignait le giron russe. Un événement majeur qui explique cinq années de sanctions occidentales visant Moscou, mais aussi une nouvelle géopolitique toujours plus conflictuelle.

Lire aussi : Rattachement de la Crimée à la Russie : la grande rupture de l'Occident avec Moscou

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»