Brexit : Theresa May accusée d'«acheter des votes au Parlement» avec un plan d'aide économique

Brexit : Theresa May accusée d'«acheter des votes au Parlement» avec un plan d'aide économique© Parliament TV Source: Reuters
Theresa May à la Chambre des communes en novembre 2018 (image d'illustration).

Le gouvernement britannique a annoncé le 4 mars un plan d'aide aux régions du nord du pays, où le vote en faveur du Brexit en juin 2016 avait été massif. Mais avec un Brexit dans l'impasse, Theresa May est soupçonnée de visées électoralistes.

En difficulté sur le Brexit, Theresa May essaie-t-elle d'amadouer les députés travaillistes ? Le Premier ministre britannique, issu du Parti conservateur, a annoncé ce 4 mars le lancement d'un fonds de 1,6 milliard de livres (l'équivalent de 1,87 milliard d'euros) destiné aux régions du nord du pays confrontées à la désindustrialisation et bastions historiques du Labour.

D'après un communiqué du gouvernement britannique, le fonds doit permettre de «stimuler l'activité économique» dans les zones qui «n'ont pas partagé les bénéfices de la croissance de la même manière que des régions plus prospères du pays. Plus de la moitié des fonds seront ainsi consacrés à des circonscriptions du nord et du centre de l'Angleterre, qui ont massivement voté en faveur de la sortie de l'Union européenne lors du référendum de juin 2016.

Ce fonds montre le désespoir d'un gouvernement qui en est réduit à corrompre les députés

Manière de consolider une opinion publique que le complexité du Brexit pourrait décourager ? «Partout à travers le pays, le vote de la population en faveur du Brexit est l'expression d'un désir de changement», a déclaré Theresa May, pour justifier la création du fonds. «Pendant trop longtemps, la prospérité n'a pas été répartie de manière équitable», a-t-elle encore plaidé. Mais l'argument n'a pas convaincu tout le monde. Plusieurs députés ont ainsi dénoncé une mesure ponctuelle et insuffisante. «Ce que cet argent ne fera pas, c'est d'acheter des votes au Parlement», a fulminé le député conservateur Simon Clarke, cité par le Guardian, pourtant du même bord politique que Theresa May, mais qui avait voté contre son projet d'accord sur le Brexit.

«Ce fonds montre le désespoir d'un gouvernement qui en est réduit à corrompre les députés pour qu'ils soutiennent [l'accord du Brexit]», a dénoncé John McDonnell, ministre des Finances au sein du cabinet fantôme du Parti travailliste, principale formation d'opposition. Malgré un résultat clair en juin 2016, où les Britanniques s'étaient prononcés à 51,9 % pour une sortie de leur pays de l'Union européenne, Londres s'est heurté à des négociations, toujours plus difficiles et complexes, avec Bruxelles.

Une procédure de sortie de l'Union européenne toujours plus incertaine

Derniers épisodes en date de l'imbroglio, Theresa May a dû se résoudre à abandonner au Parlement la décision de reporter un Brexit effectif initialement programmé pour le 29 mars 2019. La délicate stratégie du Premier ministre a volé en éclat quand, le 15 janvier dernier, les députés britanniques ont massivement rejeté l'accord sur le Brexit négocié avec l'Union européenne. Theresa May a promis d'organiser un nouveau vote d'ici le 12 mars.

Désormais, la dirigeante conservatrice compte procéder en trois étapes. D'abord, elle soumettra au vote du Parlement une version modifiée de l'accord de divorce qu'elle avait signé fin novembre avec Bruxelles. Si cette version modifiée devait être rejetée par les députés, elle leur demandera le 13 mars s'ils veulent sortir de l'UE sans accord. S'il refusent, alors elle soumettra le 14 mars au vote une motion demandant «si le Parlement veut une extension courte et limitée de l'Article 50» du Traité de Lisbonne, qui a enclenché le processus de sortie il y a près de deux ans.

Lire aussi : Brexit : le Labour de Corbyn veut une union douanière avec l'UE... ou un second référendum

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»