«Pisser assis ou debout» : la blague sur le «troisième sexe» de la dauphine de Merkel ne passe pas

«Pisser assis ou debout» : la blague sur le «troisième sexe» de la dauphine de Merkel ne passe pas© KAI PFAFFENBACH Source: Reuters
Annegret Kramp-Karrenbauer, leader de la CDU.

L'actuelle présidente de la CDU, le parti d'Angela Merkel, a provoqué une polémique en Allemagne en se permettant une blague scabreuse sur les toilettes réservées au «troisième sexe», reconnu depuis fin 2018 dans le pays.

La femme ayant succédé à Angela Merkel à la tête du parti chrétien-démocrate CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, dite «AKK», s'est livrée à une blague à l'occasion du carnaval de Stockach (en Bade-Wurtemberg) le 28 février, qui a soulevé l'hilarité de son auditoire... mais aussi une polémique.

Déguisée, comme les personnes présentes, la responsable politique, réputée plus conservatrice que son prédécesseur à la tête de la CDU, a raillé au détour d'une phrase la reconnaissance par la loi d'un troisième sexe en Allemagne, au cours d'un discours semi-parodique diffusé en direct sur la télévision régionale.

Commençant par évoquer les «hommes d'aujourd'hui», qualifiés de «buveurs de latte macchiato», AKK poursuit en expliquant qu'ils «vont aux toilettes réservées au troisième sexe » «Ce sont des toilettes réservées aux hommes qui ne savent pas encore s'ils doivent pisser assis ou debout !», ajoute-t-elle.

Rires dans l'assistance et polémique en Allemagne 

Si les spectateurs ont semble-t-il apprécié la sortie de la femme politique conservatrice, ponctuée par une cymbale et des trompettes, la blague est beaucoup moins bien passée auprès de militants LGBT et des adversaires politiques d'AKK, notamment de gauche. 

Le député vert Sven Lehmann a par exemple interpellé la présidente fédérale de la CDU en ces termes : «Pensez-vous que cela soit vraiment nécessaire pour une blague de mauvais goût de faire rire sur le dos des personnes inter et transsexuelles ? Si c’est le cas, ce serait hautement gênant.»

Même condamnation du côté du secrétaire général du Parti social-démocrate (SPD) Lars Klingbeil, qui a dénoncé des déclarations «irrespectueuses». 

Lire aussi : Gilets jaunes : la présidente de la CDU s'inquiète de la situation en France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter