Une majorité de Français s'oppose au rapatriement des enfants de djihadistes

Une majorité de Français s'oppose au rapatriement des enfants de djihadistes© Rodi Said Source: Reuters
Des femmes assises avec leurs affaires près de Baghouz, dans la province de Deir Al-Zor, en Syrie, le 12 février 2019 (image d'illustration).

D'après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, près de deux tiers des Français souhaitent que les enfants de djihadistes français en Irak et en Syrie restent sur ces territoires et ne soient pas rapatriés. Le gouvernement semble tergiverser.

Environ sept Français interrogées sur 10 (67%) s'opposent au rapatriement des enfants de djihadistes français en Irak et en Syrie, selon un sondage du 28 février mené par Odoxa-Dentsu consulting pour France Info et Le Figaro. Les chiffres sont les plus élevés chez les sympathisants du Rassemblement national (RN) et des Républicains (LR), avec respectivement 88% et 78% des sondés qui ne veulent pas voir le retour de ces mineurs.

Le sondage précise qu'à l'inverse près de 58% des sympathisants socialistes et 50% au sein de la France insoumise (LFI) demandent à ce que les autorités françaises œuvrent au retour de ces enfants.

En outre, 82% des sondés estiment qu'Emmanuel Macron et le gouvernement «ont raison» de «laisser l’Irak juger les ressortissants français soupçonnés d'être des combattants de Daesh quitte à ce qu'ils soient condamnés à mort». 53% des Français se disent d'ailleurs inquiets de l'éventuel retour de djihadistes français, même si ceux-ci étaient arrêtés et jugés une fois dans l'Hexagone.

Des familles d'enfants de djihadistes français se trouvant actuellement dans des camps au Kurdistan syrien ont pour leur part déposé une plainte contre la France auprès du Comité des droits de l'enfant de l'ONU, d'après leurs avocats dans un communiqué, transmis à l'AFP. Dénonçant l'«inaction» de l'Etat, ces grands-parents, oncles et tantes espèrent pousser la France à «prendre ses responsabilités et protéger ses enfants d'un risque de famine et de mort imminente auxquels ils sont confrontés», expliquent les avocats Marie Dosé, Martin Pradel et William Bourdon.

Longtemps réticente sur ce sujet sensible, la France s'est dite à l'automne ouverte au retour des enfants, qui sont au moins une centaine dans les camps kurdes en Syrie, à commencer par les orphelins. Mais sans donner de calendrier.

Auteur: RT France

Lire aussi : Syrie : des djihadistes français auraient été remis aux autorités irakiennes par les forces kurdes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»