Marine Le Pen : pourquoi un étranger potentiellement dangereux peut-il arriver en France ?

Marine Le Pen : pourquoi un étranger potentiellement dangereux peut-il arriver en France ? Source: Reuters
Marine Le Pen, la présidente du FN

La présidente du Front National (FN) s’est demandée comment un individu faisant l’objet d’une fiche «S», réservée à ceux qui menacent potentiellement la sécurité nationale, a failli réaliser un carnage dans le Thalys Amsterdam-Paris.

«On constate malheureusement les très grandes faiblesses du fichage par le renseignement. Ce dispositif est défaillant parce qu'il s'interdit les vraies questions : pourquoi la France accepte-t-elle donc sur son territoire national un ressortissant étranger dont elle sait pourtant qu'il est potentiellement dangereux et lié à une idéologie meurtrière ?», s’est demandée Marine le Pen.

Sa déclaration a fait suite à la diffusion des informations relatives au fichage du jeune islamiste marocain Ayoub El Khazzani, qui a été neutralisé, vendredi, par des passagers du Thalys Amsterdam-Paris alors qu’ils s’apprêtait à commettre un massacre, armé d’une kalachnikov. Le terroriste est actuellement en garde à vue dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) mais faisait pourtant l'objet d'une fiche «S» émise par cette même DGSI, après avoir reçu un avertissement des renseignements espagnols.

Marine le Pen a franchi une étape importante en proposant, pour remédier à ce type de situations, d’expulser tous les criminels étrangers du pays, en demandant que «les étrangers connus pour leurs liens avec l'islamisme radical ne soient désormais plus simplement fichés, mais qu'ils soient immédiatement expulsés du territoire français s'ils vivent en France, et dans tous les cas interdits de territoire».

Pour l’instant, deux enquêtes sont en cours : l'une menée par le parquet antiterroriste de Paris, dont la compétence est nationale, l'autre, par le parquet fédéral belge. D'après les premiers éléments de l'enquête française, Ayoub El Khazzani, dont l'identité a été confirmée grâce à ses empreintes digitales, «vivait en Belgique, est monté dans un train en Belgique avec des armes sans doute acquises en Belgique alors qu’il était porteur de papiers qui lui avaient été délivrés en Espagne», a confié à l’AFP une source proche du dossier.

El Khazzani a vécu sept ans en Espagne, de 2007 à mars 2014. Il y était arrivé à 18 ans, s'installant d'abord à Madrid puis à Algésiras, en Andalousie, où il s'est fait remarquer par des discours durs légitimant le djihad. Le jeune homme fluet et de taille moyenne y a vécu en faisant des petits boulots et a même été détenu une fois pour trafic de drogue, rapporte une source des services antiterroristes espagnols.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»