Attentat de Bangkok: les deux suspects qui se sont rendus à la police sont innocents

Deux suspects se rendent à la police© Capture d'écran, compte Twitter @BBC
Deux suspects se rendent à la police

La police thaïlandaise a blanchi les deux hommes qu’elle soupçonnait d’être les auteurs présumés de l'attentat à la bombe qui a secoué Bangkok le 17 août et qui s’étaient rendus spontanément.

Les deux suspects ont été filmés sur le site du sanctuaire d’Erawan par des caméras de sécurité peu de temps avant l’explosion.

L’un des suspects, vêtu d’un T-shirt rose, s’est levé d’un banc juste avant qu’un autre homme, le principal suspect vêtu d’un T-shirt jaune, s’y assoie à son tour, avant de laisser son sac à dos derrière lui.

Un porte-parole de la police a annoncé avoir découvert que l’un des hommes était en fait un touriste chinois, tandis que l’autre lui servait de guide pour son séjour dans le pays.

La police a précisé qu’au moins 10 personnes étaient soupçonnées d’être impliquées dans cet attentat et que le suspect principal était un étranger, sans pour autant divulguer sa nationalité.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole de la junte thaïlandaise le colonel Winthai Suvaree, avait précisé que d’après les premiers éléments de l’enquête, il était peu probable que des groupes terroristes internationaux soient à l’origine de l'attentat de Bangkok. Il a néanmoins souligné qu’on ne pouvait exclure un lien avec le terrorisme global, affirmant qu’il était nécessaire «d’étudier plus en détail [la nature de l’incident]».

D’après le correspondant de la BBC Jonathan Head qui est sur place, la police a aussi interpellé le chauffeur du taxi tuk-tuk, qui a conduit le principal suspect dans le sanctuaire, mais les avancées concernant le nom ou la nationalité de l’homme en jaune restent, à ce stade, encore insuffisantes

A l’heure actuelle, personne n’a revendiquée cet attentat qui a causé la mort de 20 personnes et qui en a blessé plus de 80 autres. Le chef de la police nationale Somyot Poompanmoung estime que cette attaque a été planifié un mois à l’avance. De son côté, le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-O-Cha a qualifié cet attentat de «pire attaque jamais commise» en Thaïlande.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales