Négociateur du siècle : Tony Blair tente de mettre fin au blocus de Gaza lors de pourparlers secrets

L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair Source: Reuters
L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair

L’ancien Premier ministre du Royaume-Uni est intervenu en tant que médiateur dans des négociations secrètes entre le Hamas et Israël qui visent la levée du siège de la bande de Gaza… Même si ses capacités de négociateur ont déjà été mises en doute.

D’après les informations du quotidien arabe Al-Hayat, depuis sa démission du poste d’émissaire pour la paix au Moyen-Orient, Tony Blair a rencontré, à deux reprises, le leader du Hamas Khaled Mechaal, dont l’organisation contrôle la bande de Gaza depuis 2007.

Le poste d’émissaire pour la paix ne permettait pas à Tony Blair d’entrer officiellement en contact avec les responsables du mouvement palestinien, parce que le Hamas est considéré par Washington et certains Etats européens comme une organisation terroriste.

La presse israélienne ajoute en outre que Blair avait auparavant discuté de ses plans avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.

Les négociations auraient eu lieu au Qatar et porteraient sur la possibilité d’un cessez-le-feu temporaire consenti par le Hamas, en échange de l’ouverture par Israël, d’un corridor naval entre Gaza et Chypre.

Le ministre des Affaires étrangères de l’autorité palestinienne, Riad al-Malki, a confirmé à France 24 que des négociations étaient en cours. Les parties «sont sur le point d’arriver à un accord sur une trêve de huit à dix ans», a-t-il déclaré, en ajoutant que Tony Blair était bien inclus dans les pourparlers.

En savoir plus : Un an après la guerre, l'inconsolable détresse des gazaouis

Israël a cependant démenti, lundi l’existence de quelconques négociations avec le Hamas. «Israël clarifie officiellement qu’il ne participe à aucune négociation avec le Hamas, directement ou à travers d’autres pays ou des intermédiaires», a annoncé l’administration du Premier ministre, Benjamin Netanyahou dans un communiqué.

L’ex-leader du Parti travailliste britannique et ancien Premier ministre, Tony Blair a renoncé, en février, au poste d’émissaire pour la paix au Moyen-Orient, qu’il occupait depuis la fin de son mandat. Il était censé servir de médiateur lors des négociations au Moyen-Orient en représentant le Quartet de négociateurs internationaux (Russie, Etats-Unis, ONU et UE) dans la région.

Même si Blair a obtenu quelques succès mineurs pendant les huit ans qu’il a occupé ce poste, le principal objectif de sa mission, qui était de promouvoir l’économie et de développer les institutions publiques de la Palestine, reste toujours à atteindre, alors que les Palestiniens continuent de vivre de facto sous occupation.

En savoir plus : Lutte contre l'antisémitisme, Tony Blair a trouvé un nouveau job

La nomination même de Blair à ce poste avait été très controversée, parce qu’il est perçu par beaucoup comme un des responsables de la dégradation de la situation en Irak, en raison de sa décision d’envoyer des troupes britanniques soutenir les troupes américaines.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales