Pour le Liban, le temps est venu de réintégrer la Syrie au sein de la Ligue arabe

Pour le Liban, le temps est venu de réintégrer la Syrie au sein de la Ligue arabe© Mohammad Hamed Source: Reuters
Le président libanais Michel Aoun assiste au 28e sommet ordinaire de la Ligue arabe, le 29 mars 2017 (image d'illustration).

Bannie depuis fin 2011, la Syrie fera-t-elle bientôt son retour au sein de la Ligue arabe ? C’est en tout cas le souhait formulé par le Liban, hôte ce 20 janvier du quatrième sommet économique de l’organisation régionale.

Le Liban a organisé ce 20 janvier le quatrième sommet économique de la Ligue arabe, toujours divisée autour de la question de la réintégration de la Syrie. La participation de Damas à l'organisation régionale avait été suspendue novembre 2011, certains membres reprochant à Bachar el-Assad son rôle dans la crise, qui allait virer à la guerre civile. Le vote de suspension avait été obtenu à la majorité qualifiée des 22 membres de la Ligue, parmi lesquels figurent des pays alliés aux Etats-Unis, tels que l'Arabie saoudite. Riyad demeure d'ailleurs toujours réticent à une normalisation des relations avec la Syrie.

Pour autant, une éventuelle réintégration de ce pays au sein de l’organisation a été évoquée à titre d'hypothèse lors des derniers sommets de l'organisation. A l’instar de l’Irak, l’Algérie ou encore la Tunisie, le Liban souhaiterait voir désormais aboutir cette perspective.

«La Syrie est le grand absent aujourd'hui à notre conférence, et nous ressentons ce poids», avait lancé le 18 janvier le ministre libanais des Affaires étrangères Gebran Bassil, à l'ouverture d'une réunion ministérielle de la Ligue arabe. «La Syrie doit être parmi nous, sans attendre une quelconque autorisation pour son retour. Et ce, afin de ne pas nous couvrir d'une honte historique en l'ayant suspendue sur un ordre étranger et en la réintégrant sur autorisation étrangère», avait-il par ailleurs souligné, sans étayer son accusation.

La veille de cette déclaration, le chef de la Ligue arabe, l'Egyptien Ahmed Aboul Gheit, avait écarté l'éventualité d'une réintégration à court terme : «Quand il y aura un consensus arabe et qu'on sera sûrs qu'il n'y aucune objection [...] il n'y aura rien de plus simple que de mettre la question à l'ordre du jour d'une réunion [des ministres des Affaires étrangères].»

Bientôt une banque pour financer la reconstruction de la Syrie ?

Lors de la réunion, boudée par l’essentiel des chef d’Etats des pays membres, le président libanais Michel Aoun a proposé la création d’une «banque arabe», dont la mission assignée serait de financer les projets de construction en Syrie. «[Cette banque] aiderait tous les Etats et peuples arabes touchés par les conflits à surmonter leur situation critique», a plaidé le chef d’Etat libanais. Les estimations du coût de la reconstruction de la Syrie après huit ans de guerre s’échelonnent généralement entre 100 et 400 milliards de dollars selon les organismes internationaux.

Réfugiés syriens : la communauté internationale appelée à «redoubler d'efforts»

Outre la question du devenir économique de la Syrie, la question relative au retour des réfugiés syriens dans leur pays d'origine a également été abordée. Dans un communiqué final baptisé «Déclaration de Beyrouth», l'ensemble des pays membres de la Ligue arabe ont appelé la communauté internationale à «redoubler d'efforts» pour accélérer ce processus.

Contraints de quitter la Syrie en raison du conflit, des dizaines de milliers de Syriens avaient pris le chemin du retour au cours de l'été 2018 après la libération de la majeure partie du territoire des groupes djihadistes par l’armée syrienne. Néanmoins, de nombreux Syriens n'ont pas encore regagné leur pays. Le Liban accueille 1,5 millions de réfugiés syriens, soit le tiers de sa population, et la Jordanie, autre pays frontalier de la Syrie, quelques centaines de milliers. 

Lire aussi : Syrie : le Comité constitutionnel pourrait se réunir début 2019 à Genève

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»