Ex-diplomate française, la présidente géorgienne préfère toucher sa retraite que son salaire

Ex-diplomate française, la présidente géorgienne préfère toucher sa retraite que son salaire© IRAKLI GEDENIDZE Source: Reuters
Salomé Zourabichvili à Telav le 16 décembre 2018.

La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili a renoncé à son salaire, arguant du fait que sa retraite en France était suffisante pour satisfaire ses besoins et que cette somme pourrait lui permettre de mener des actions caritatives et innovantes.

Nouvellement élue présidente, l'ancienne diplomate française Salomé Zourabichvili a décidé de ne pas percevoir de rémunération, estimant que sa retraite d'ancienne diplomate française était suffisante pour subvenir à ses besoins. 

La présidente a justifié son choix par le fait que le pays a récemment supprimé la réserve présidentielle, un fond qui permettait jusqu'alors au titulaire de la fonction de financer des bourses pour certains étudiants et de financer des initiatives dans le domaine des droits de l'Homme, des innovations et du développement des institutions démocratiques. La présidente a ainsi décidé de créer une fondation alimentée par ses propres revenus pour remplir ce vide. 

Lors de sa première conférence de presse dans sa nouvelle fonction, la présidente a estimé qu'il était «important» de participer à cette mission : «J'espère que d'autres suivront mon exemple», a-t-elle précisé. 

Au cours du même échange, elle a précisé qu'elle recherchait «une forme juridique» pour cette fondation caritative qu'elle veut transparente, notamment sur le choix des financements, décidés par la majorité. 

Salomé Zourabichvili, née à Paris dans une famille d'origine géorgienne, a mené pendant une vingtaine d'années une carrière dans la diplomatie française, raison pour laquelle elle touche une retraite. Bi-nationale, française et géorgienne, jusqu'en 2018, cette dernière a dû renoncer à sa nationalité française en 2018 pour pouvoir concourir à l'élection présidentielle.

Au terme d'un scrutin au résultat contesté par l'opposition et entaché par des accusations d'irrégularités, elle est devenue la première femme élue présidente de Géorgie avec 59,52% des voix. Elle s'était alors félicité du fait que les Géorgiens aient «choisi l'Europe».

Lire aussi : Ukraine : l'ancien président géorgien Saakachvili expulsé manu militari vers la Pologne (VIDEO CHOC)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter