«Je demande son conseil» : le président serbe dit échanger «souvent» avec Vladimir Poutine

«Je demande son conseil» : le président serbe dit échanger «souvent» avec Vladimir Poutine Source: Reuters
Aleksandar Vucic en compagnie de Vladimir Poutine le 2 octobre 2018 à Moscou.

A l'approche d'une visite du chef de l'Etat russe en Serbie, le président serbe s'est livré à des confidences sur les échanges auxquels les deux dirigeants se livrent régulièrement.

Alors qu'ils doivent se rencontrer ce 17 janvier, les relations entre le président serbe Aleksandar Vucic et le président russe Vladimir Poutine semblent être au beau fixe. Ainsi, Aleksandar Vucic a déclaré à l'agence russe TASS qu'il échangeait «souvent» avec son homologue pour lui expliquer «ce qu'il se passe». 

Des échanges francs, selon le président serbe qui a expliqué toujours dire la vérité à Vladimir Poutine lors de ces échanges, «même dans les moments où il n'aime pas tout [ce qu'il dit]». «Et je pense que c'est une des choses que Poutine respecte beaucoup», a ajouté le chef d'Etat.  

Aleksandar Vucic apprécierait beaucoup, selon ses dires, les conseils du maître du Kremlin. «Je lui demande son avis. Je demande son conseil», a-t-il relaté.

Sur la question du lien entre la Serbie et la Russie, le dirigeant serbe a salué la considération de la Russie pour son pays. «[Vladimir Poutine] est le chef d'un grand pays alors que je suis le chef d'un petit pays. Et il le respecte en tant que pays, ce dont je suis toujours reconnaissant», a-t-il expliqué. 

Le président serbe a par ailleurs assuré la Russie de son soutien sur le plan international. «[Vladimir Poutine] comprend que la Serbie a été soumise à des pressions internationales pour se détourner de la Russie, adhérer à l'OTAN et participer à diverses campagnes contre la Russie. Mais la Serbie n’a rien fait de tel», a rappelé Aleksandar Vucic. 

Les deux hommes se rencontrent ce 17 janvier à Belgrade après une précédente rencontre officielle en octobre 2018. Les deux chefs d'Etat s’étaient aussi croisés en novembre à Paris lors des commémorations du centenaire de fin de la Grande guerre. Une visite en France du dirigeant Serbe qui a failli se solder par une crise diplomatique : Aleksandar Vucic s'était en effet plaint d’avoir été placé dans une tribune secondaire au vu du prix en vies humaines payé par son pays pendant le conflit. Un malaise renforcé par le fait que son homologue kosovar [pays qui n'existait pas en 1918], Hashim Thaçi, était placé en tribune principale en compagnie notamment des présidents français, russe et américain.

Emmanuel Macron, qui devait se rendre début décembre en Serbie pour apaiser les tensions avec ce pays après ce couac diplomatique, avait finalement reporté son voyage en raison de la crise des Gilets jaunes. 

Lire aussi : L'expulsion d'un haut responsable serbe tend les relations serbo-kosovares (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»