Après six ans dans une église, un ancien agent du KGB quitte enfin le Canada

Mikhail Lennikov a vécu 6 ans dans une église de Vancouver. Source: Reuters
Mikhail Lennikov a vécu 6 ans dans une église de Vancouver.

Pour éviter d'être déporté en Russie, un ancien agent du KGB vivant au Canada s'est réfugié pendant plus de six ans dans une église de Vancouver. Il y a quelques jours, il a fait le choix de rentrer en Russie, a affirmé son avocat.

Durant six ans, Mikhaïl Lennikov a vécu dans une église. L'homme était, dans les années 1980, traducteur pour le KGB, l'agence d'espionnage de l'Union soviétique. Il avait rejoint le Canada en 1997 pour suivre des études universitaires.

Au Canada, il avait demandé le statut de résident permanent, mais si sa femme et son fils ont pu obtenir le précieux sésame, Mikhaïl Lennikov n'a pas eu la même chance. Les autorités canadiennes ont ainsi refusé de lui délivrer un titre de séjour à plusieurs reprises et cela par «mesure de sécurité». Mikhaïl Lennikov avait en effet travaillé pendant plusieurs années pour le KGB à traduire des documents, mais aussi à évaluer la crédibilité d'informateurs des services secrets russes.

En mai 2009, la justice canadienne avait tranché : Mikhaïl Lennikov devait quitter le Canada. Pour éviter d'être expulsé, il s'était alors réfugié dans une église. Pendant six ans, il n'est pas sorti de cette dernière, et a pu rester au Canada, les policiers du Canada refusant d'intervenir dans des églises. 

Il y a quelques jours, Mikhail Lennikov aurait finalement quitté le Canada très discrètement, direction Moscou. Hadayt Nazami, son avocat, a ainsi expliqué que l'ancien agent du KGB avait passé un accord avec l'Agence des services frontaliers du Canada pour quitter le pays. «C'était sa propre décision», a expliqué l'avocat. Mikhail Lennikov a pendant longtemps refusé de quitter le Canada de peur d'être accusé de trahison en Russie. Son départ pour Moscou laisse penser qu'il ne sera finalement pas poursuivi.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales