L’Inde en passe de refuser la naturalisation aux réfugiés musulmans

- Avec AFP

L’Inde en passe de refuser la naturalisation aux réfugiés musulmans© Anuwar Hazarika Source: Reuters
Des membres d'une organisation étudiante manifestent dans la ville indien de Guwahati (Nord-est) contre la proposition du gouvernement visant à accorder la citoyenneté à des réfugiés non-musulmans

La résurgence de tensions inter-religieuses plane sur l’Inde après l’adoption le 8 janvier, par la chambre basse du Parlement, d’un projet de loi visant à accorder la citoyenneté aux réfugiés de toute confession à l'exception des musulmans.

La chambre basse du Parlement indien a approuvé ce 8 janvier un projet de loi qui permet d'accorder la citoyenneté indienne aux réfugiés appartenant à diverses communautés religieuses à l'exception des musulmans.

La législation controversée, si elle était définitivement adoptée, concernerait les millions de personnes ayant fui ces dernières décennies le Bangladesh, le Pakistan et l'Afghanistan, où l'islam est prédominant, pour s'installer dans les régions septentrionales du pays.

En application de ce texte, deviendraient Indiens les hindous, les chrétiens ou encore les sikhs originaires de ces trois pays et ayant vécu au moins six ans en Inde. Ses détracteurs accusent le Premier ministre Narendra Modi et son parti nationaliste hindou de calcul politique à l'approche d'élections prévues d'ici le mois de mai.

Le vote du projet de loi, qui doit encore être approuvé par la chambre haute, a déclenché une deuxième journée de protestations dans l'Etat d'Assam, dans le nord-est du pays, qui a accueilli ces dernières décennies des millions de réfugiés des pays voisins. Les manifestants s'opposent non pas au fait que les musulmans sont exclus du champ de la loi mais au fait que le texte permet d'accorder la citoyenneté à des migrants de toute origine, qu'ils accusent de prendre le travail des populations locales.

L'Etat d'Assam, un territoire vallonné connu pour ses plantations de thé et peuplé de 33 millions de personnes, est le théâtre depuis des décennies de tensions entre groupes ethniques et tribaux locaux et migrants. Lors des manifestations du 8 janvier, des militants de l'Organisation des étudiants du nord-est (NESO) ont mis à sac les bureaux du parti de Narendra Modi dans cet Etat.

Lire aussi : Rohingya : déshumanisés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»