Explosion de gaz à Magnitogorsk : le bilan s'alourdit à 28 morts

- Avec AFP

Explosion de gaz à Magnitogorsk : le bilan s'alourdit à 28 morts© STR Source: AFP
L'immeuble de la ville russe de Magnitogorsk ravagée par une explosion de gaz le 31 décembre 2018, photographié le 2 janvier 2019.

Selon un dernier bilan du ministère russe des Situations d'urgence établi ce 2 janvier, les corps sans vie de 28 personnes, dont quatre enfants, ont été retirés des débris de l'immeuble de Magnitogorsk, ravagé le 31 décembre par une explosion de gaz.

Dans un froid glacial, les secouristes continuaient ce 2 janvier de fouiller les décombres d'un immeuble de Magnitogorsk, ville russe située dans l'Oural, qui s'était partiellement effondré deux jours plus tôt à la suite d'une explosion due au gaz. Le drame a causé la mort d'au moins 28 personnes dont quatre enfants, selon un dernier bilan du ministère russe des Situations d'urgence en date du 2 janvier. 13 autres personnes sont toujours portées disparues.

Les secouristes, qui travaillent par un froid glacial ayant atteint -27 degrés durant la nuit, parvenant hier à sortir vivant des gravats un bébé de 10 mois. Des images télévisées l'ont montré sur un lit d'hôpital, veillé par sa mère en larmes. Des responsables de la santé à Moscou, où il a été transférée, ont rapporté qu'il était dans un état grave mais stable, souffrant d'engelures ainsi que d'un traumatisme crânien et de plusieurs fractures.

Des fleurs et des bougies s'amoncellent près du site de l'explosion en hommage aux victimes alors que le gouverneur de la région a décrété ce 2 janvier journée de deuil. La veille, le Comité d'enquête russe, organisme chargé des principales investigations judiciaires dans le pays, a annoncé qu'aucune trace d'explosifs ou de leurs composants n'avait été découverte sur les décombres déjà déblayés. 

Le 31 décembre, le président Vladimir Poutine s'était immédiatement rendu sur le site de l'immeuble éventré. Une enquête a été ouverte, mais les services russes de sécurité (FSB) ont confirmé qu'une explosion de gaz était à l'origine du drame. L'installation de gaz dans l'immeuble n'avait pas été révisée depuis plus de six mois, selon des propos tenus à la télévision par le chef du comité d'enquête, Alexandre Bastrykine.

Magnitogorsk a été le théâtre d'un autre drame le soir du 1er janvier. Selon les autorités locales, une explosion dans un minibus a fait trois morts mais elles ne font aucun lien entre ces deux événements. 

Lire aussi : Russie : au moins sept morts dans une explosion de gaz à Magnitogorsk (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter