Donald Trump a-t-il dévoilé les visages d'une troupe d'élite en Irak ?

- Avec AFP

Donald Trump a-t-il dévoilé les visages d'une troupe d'élite en Irak ?© Jonathan Ernst Source: Reuters
Le président Donald Trump et son épouse Melania Trump lors d'une visite aux militaires à la cantine de la base d'Al-Assad durant une visite surprise en Irak le 26 décembre 2018.

Les identités des Navy Seals, ces membres des forces spéciales des Etats-Unis, doivent rester secrètes. Or en publiant sur Twitter une vidéo de sa visite dans une base américaine en Irak, Donald Trump a peut-être violé le secret Défense.

Donald Trump pourrait avoir dévoilé par inadvertance l'identité de membres des Navy Seals, unité d'élite des forces spéciales américaines, lors de sa courte visite surprise dans une base militaire en Irak le 26 décembre, et ainsi violé le secret Défense.

Les mouvements de cette unité sont d'ordinaire un secret jalousement gardé. S'il arrive que ses membres soient filmés dans des zones de combat, leurs visages et autres éléments permettant de les reconnaître sont floutés.

Or après sa visite à la base aérienne irako-américaine d'al-Assad, dans la province d'al-Anbar, le président a partagé sur Twitter une vidéo de lui avec des militaires américains, exposant leurs visages au grand public.

A un moment, Donald Trump lève le pouce près d'un groupe semblant être composé de membres des forces spéciales américaines.

Lors de la rencontre, qui s'est tenue dans le réfectoire de la base, un homme appelé Kyu Lee a dit au président américain qu'il était l'aumônier de la Team Five des Navy Seal.

Le militaire a rapporté que Donald Trump lui avait alors dit : «Dans ce cas, prenons une photo». Bien que le président américain ait le pouvoir de déclassifier des informations et que son tweet n'ait donc vraisemblablement pas enfreint de règles, certains observateurs l'ont malgré tout accusé d'avoir commis une infraction.

Un risque en cas de prise d'otage par des terroristes

«Même s'il est le commandant en chef des forces armées», révéler l'identité de ces soldats pourrait devenir «un énorme succès de propagande si l'un de ces militaires était détenu par un gouvernement hostile ou capturé par un groupe terroriste», estime ainsi Malcolm Nance, un expert en renseignement cité par Newsweek.

Contacté par l'AFP, le Special Operations Command (SOCOM) n'a pas réagi dans l'immédiat.

Le président américain a également été critiqué pour avoir de nouveau prétendu qu'il avait pu obtenir une augmentation pour les militaires pour la première fois en dix ans, alors qu'en réalité, le Pentagone a augmenté ces salaires chaque année.

Lire aussi : Retrait américain de Syrie : de BHL à Clinton, les interventionnistes furieux contre Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»