Les bombardiers russes, «pièces de musée» ? «Chef d'œuvre d'ingénierie», répond Moscou

Les bombardiers russes, «pièces de musée» ? «Chef d'œuvre d'ingénierie», répond Moscou© Maxim Tumanov Source: Sputnik
Bombardier stratégique Tu-160.

Les exercices militaires conjoints de Caracas et de Moscou au Venezuela ont le don d'irriter Washington. En réponse à l'ambassadeur américain en Colombie, qui a dénigré les Tu-160, le porte-parole de la Défense russe est monté au créneau.

Après une déclaration de l’ambassadeur américain en Colombie, Kevin Whitaker, qui avait qualifié le 13 décembre de «pièces de musée» les bombardiers stratégiques russes Tu-160 envoyés au Venezuela, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov a réagi ce 14 décembre.

«Je tiens à rappeler aux diplomates américains que, depuis leur conception, les bombardiers stratégiques russes n’ont pas d’équivalents comparables aux Etats-Unis ou dans n’importe quel autre pays de l’OTAN quant à leur vitesse et leur charge utile», a-t-il souligné. Le porte-parole russe, soucieux de défendre la qualité de ses aéronefs, a en outre qualifié les propos de Kevin Whitaker de «déclarations de dilettante». «Et si quelqu’un a envie de comparer nos Tu-160 avec des "pièces de musées", alors il faut le faire uniquement pour admirer ce chef-d’œuvre de l’ingénierie russe dans le domaine de la construction aéronautique», a encore lancé Igor Konatchenkov.

Les bombardiers stratégiques Tu-160, dont deux exemplaires réalisent des exercices au Venezuela depuis le 11 décembre, a été développé par le constructeur Tupolev dans les années 1980, du temps de l'URSS. A la fin des années 1990, la Défense russe a décidé de reprendre la production du Tu-160, y apportant de nombreuses améliorations. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter