Le président égyptien demande aux migrants de respecter la culture des pays qui les accueillent

Le président égyptien demande aux migrants de respecter la culture des pays qui les accueillent Source: AFP
Abdel-Fattah al-Sissi en Allemagne le 30 novembre 2018 (image d'illustration).

Le maréchal al-Sissi n'a pas hésité à pointer du doigt le comportement de certains migrants dans les pays d'Europe qui les accueillent et à défendre le droit de ces Etats à contrôler leurs flux migratoires.

Au cours d'un échange avec le public à l'occasion d'un forum sur la jeunesse à Charm el-Cheikh, le président Égyptien n'a pas mâché ses mots sur l'immigration vers l'Europe. 

«Ne vous attendez pas à ce qu'ils [les Européens] vous ouvrent la porte pour pouvoir entrer dans leur pays et causer des problèmes», a-t-il expliqué, en en appelant à la responsabilité des candidats à l'immigration. 

Publiés en arabe sur la télévision égyptienne début novembre, les propos du chef d'Etat ont été traduits en anglais et diffusés le 13 décembre sur Twitter par l'Institut de recherche des médias du Moyen-Orient, le MEMRI

« Chaque pays a le droit de protéger sa population et ses intérêts. De manière générale, il doit respecter les droits de l'homme dans un cadre préservant ses intérêts nationaux», a-t-il expliqué pour défendre la volonté grandissante de plusieurs pays d'Europe de contrôler leurs frontières contre l'immigration illégale. 

Pour le président Egyptien, les migrants doivent aussi respecter les codes sociaux et culturels des pays qui les accueillent, sans revendiquer d'aménagements particuliers : «Vous exigez d'y aller avec votre culture que vous considérez comme non négociable. Vous dites: "C'est ce que nous sommes et vous devez nous accepter à cause des droits de l'homme". Non ! Au passage, si vous vous rendez dans un pays en tant qu'invité, vous devez respecter scrupuleusement ses lois, ses coutumes, ses traditions et sa culture. Vous devez les respecter complètement. Si vous ne voulez pas faire cela, n'y allez pas.»

Le président n'a par ailleurs pas épargné la responsabilité des pays d'où sont originaires les migrants, y compris le sien, pour expliquer le rejet européen : «Au lieu de me demander pourquoi les pays [occidentaux] nous ferment leurs portes, vous devriez vous demander pourquoi le peuple afghan ne prend pas mieux soin de son pays. [...] Pourquoi se sont-ils entre-tués depuis 40 ans ? Cela se produit également dans d'autres pays : au Pakistan, en Égypte, en Syrie, en Libye, en Irak, au Yémen et en Somalie.»

«Nous nous battons entre nous dans nos propres pays, et nous attendons ensuite des pays qui travaillent jour et nuit à la protection de leurs populations et le maintien d'un certain niveau de vie – nous demandons qu'ils nous laissent entrer afin que nous puissions profiter de leur [succès]», a-t-il ajouté.

Depuis ces déclarations du président al-Sissi, l'ONU a fait approuver le 10 décembre un Pacte sur les Migrations par quelque 150 pays, dont la France avec l'objectif de rendre les migrations «bénéfiques à tous». L'accord, qui comprend 23 objectifs, est vivement critiqué en Europe par les partisans de la limitation de l'immigration. En Europe plusieurs pays comme la Hongrie, l'Autriche ou encore la Pologne, la Lettonie et la Slovaquie se sont retirés du pacte. D'autres;comme la Belgique où ce vote a provoqué une crise politique, la Bulgarie, l'Estonie, l'Italie ou la Slovénie ont souhaité plus de consultations internes. 

Lire aussi : La fécondité baisse pour toutes les femmes en France, sauf les immigrées, selon l'INSEE

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»