«Scènes de guerre» à Bruxelles : une manifestation de Gilets jaunes dégénère (IMAGES)

«Scènes de guerre» à Bruxelles : une manifestation de Gilets jaunes dégénère (IMAGES)© Yves Herman Source: Reuters
Affrontements dans le centre-ville de Bruxelles, le 30 novembre 2018.

Des incidents ont marqué une manifestation d'environ trois cents Gilets jaunes belges à Bruxelles, le premier rassemblement organisé dans la capitale belge. Véhicules incendiés et canons à eau déployés : la situation dégénère.

D'après le média belge LaLibre, le gouvernement belge a évoqué ce 30 novembre des «scènes de guerre».

Vers 13h, après environ trois heures de défilé, la police a dû faire usage de canons à eau pour disperser certains individus qui qui lançaient des projectiles dans le cadre du premier rassemblement de Gilets jaunes organisé à Bruxelles.

Au total une soixantaine de personnes ont été interpellées parce qu'elles transportaient des objets interdits, notamment des cutters, des fumigènes ou des bombes lacrymogènes, selon un porte-parole de la police locale cité par l'AFP.

Une voiture de police a été renversée et incendiée.

Un autre véhicule distinct a été filmé en flammes.

Des colonnes de fumées s'élèvent dans le ciel.

Les canons à eau ont été déployés pour tenter de contenir la foule.

Les premières arrestations et saisies d'objets ont eu lieu dès la matinée, au moment où des petits groupes convergeaient vers le principal point de rassemblement. Vers 14h30, une soixantaine de personnes étaient déjà interpellées parce qu'elles transportaient des objets interdits, notamment des cutters, des fumigènes ou des bombes lacrymogènes, a indiqué à l'AFP une porte-parole de la police. 

Le journaliste Rémy Buisine a également été appréhendé par les forces de l'ordre.

Le collaborateur de Brut a fait savoir plus tard qu'il avait eu «les poignets liés», selon lui, pendant 30 minutes.

La manifestation a commencé vers environ 10h30 au carrefour Arts-Loi, non loin des institutions européennes et des bureaux du Premier ministre, où la police a rapidement recensé une centaine de Gilets jaunes.

Le cortège a ensuite progressivement grossi, parcourant les rues du centre en tentant à plusieurs reprises de se rapprocher des bâtiments officiels défendus par des cordons de police. «Le peuple c'est nous, Charles Michel, t'es fini», scandaient certains manifestants à l'adresse du Premier ministre libéral.  Les manifestants sont revenus vers 13h30 non loin du carrefour de départ, et c'est à ce moment que les échauffourées ont éclaté.

Le centre de Bruxelles sous tension

D'après le site belge LeVif, six tunnels de la «petite ceinture» des boulevards qui délimitent le centre de Bruxelles ont été fermés. Selon ce même média, les slogans scandés sont principalement dirigés contre le gouvernement belge, demandant la démission du Premier ministre Charles Michel. Selon Le Soir au nombre de 500, les Gilets jaunes, après avoir bloqué la petite ceinture, se sont ensuite dirigés vers le centre-ville. Plusieurs lignes de bus passant par le centre-ville ont dû être interrompues.

Le ministre belge de l'Intérieur Jan Jambon a condamné les Gilets jauners sur Twitter.«Violences incompréhensibles à l'égard de la police qui fait chaque jour de son mieux pour protéger les citoyens et la société. Scandaleux», a-t-il écrit.

Lancé en France pour protester contre la hausse de la fiscalité sur les carburants, le mouvement des Gilets jaunes s'était étendu à la Wallonie, mais pas encore en Flandre, ni, jusqu'à maintenant, dans la capitale. Il s'agit, selon l'AFP, de la première manifestation appelée à Bruxelles, via les réseaux sociaux, sans meneur revendiqué.

Lire aussi : Une chroniqueuse belge suspendue après avoir reproché aux Gilets jaunes de voter Ecolo

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»