France, Italie ? Où sera accueillie Asia Bibi ?

France, Italie ? Où sera accueillie Asia Bibi ?© Asad Karim Source: Reuters
Asia Bibi lors d'une conférence de presse dans la prison de la province de Punjab au Pakistan, en 2010.

Alors qu’Asia Bibi, la chrétienne accusée de blasphème puis acquittée, vient d’être libérée, la France et l’Italie expliquent faire des tractations pour lui permettre de quitter le Pakistan où elle est menacée de mort.

Le 7 novembre, la Pakistanaise Asia Bibi est sortie de prison et s'est s’engouffrée dans un avion en direction d'une destination inconnue. Alors même qu'Islamabad lui a interdit de quitter le pays, plusieurs Etats européens s'affairent pour lui offrir l'asile ou de l'aide, parmi lesquels la France et l’Italie.

La France est prête, si c'est le vœux de l'intéressée et de sa famille, à accueillir en France madame Asia Bibi 

Jean-Yves le Drian avait annoncé à l’Assemblée nationale le 7 novembre, avant même la libération d'Asia Bibi, œuvrer pour qu'elle quitte le Pakistan : «Nous agissons de manière extrêmement ferme avec nos partenaires européens, avec les organisations internationales pour obtenir son exfiltration». Il a ajouté : «La France est prête, si c'est le vœu de l'intéressée et de sa famille, à accueillir en France madame Asia Bibi si elle le demande.» 

De son côté, Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur, a exprimé son intention d'aider Asia Bibi et sa famille. «Nous travaillons avec d'autres pays occidentaux, avec discrétion pour éviter les problèmes sur place à cette famille qui se projette dans le futur. Je peux vous assurer en tant que ministre, mais également en tant que représentant de la Ligue du nord, que je veux que les femmes et les enfants dont la vie est menacée puissent avoir un futur», a-t-il déclaré à la radio Rtl 102.5. 

«Tant d'Italiens travaillent au Pakistan, et nous entretenons d’importantes relations économiques avec ce pays. Il n'est certainement pas notre ennemi, et nous avançons avec discrétion et attention, mais nous combattons tout fanatisme», a-t-il ajouté.

Je veux que les femmes et les enfants dont la vie est menacée puissent avoir un futur

L'ancien président du Conseil des ministres italien, Paolo Gentiloni, a annoncé sur Twitter le 6 novembre que son «gouvernement faisait dès à présent tout son possible pour l'accueillir en Italie».

Antonio Tajani, le président du Parlement européen, s'est montré optimiste quant à une rencontre prochaine avec l'ancienne condamnée. «Asia Bibi a quitté la prison et a été transférée dans un endroit sûr. [...] Je suis impatient de rencontrer sa famille et elle au Parlement européen aussi vite que possible», a-t-il tweeté.

De son côté, le mari d'Asia Bibi avait déjà imploré les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada d'accueillir sa famille.

L'avocat de la chrétienne, Saif-ul-Mulook, également menacé de mort par les islamistes radicaux, a fui le Pakistan et s'est vu offrir l'asile temporaire aux Pays-Bas, selon Stef Blok, le ministre des Affaires étrangères hollandais. Il sera inclus dans le programme de mise à l'abri «des défenseurs des droits de l'homme en péril».

Asia Bibi, ouvrière agricole chrétienne âgée d'une cinquantaine d'années et mère de cinq enfants, avait été condamnée à mort en 2010 pour blasphème à la suite d'une dispute avec des villageoises musulmanes concernant un verre d'eau. Son cas avait ému la communauté internationale. Après huit année passées dans les couloirs de la mort pour blasphème au Pakistan, la chrétienne a finalement été acquittée le 31 octobre.

Lire aussi : Pakistan : des milliers d'islamistes radicaux manifestent contre l'acquittement d'Asia Bibi (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter