Yémen : les bombardements de la coalition menée par Riyad s'intensifient à Hodeida

Yémen : les bombardements de la coalition menée par Riyad s'intensifient à Hodeida © Mohammed HUWAIS Source: AFP
Des combattants houthis, à Sanaa, la capitale du Yémen, le 3 janvier 2017 (image d'illustration).

Malgré les appels internationaux à cesser les combats au Yémen, les affrontements se poursuivent et la coalition sous commandement saoudien poursuit ses bombardements, qui ont fait 53 morts parmi les combattants houthis depuis le 3 novembre.

Au moins 53 combattants houthis ont été tués et des dizaines d'autres blessés depuis le 3 novembre dans des combats et des frappes aériennes sous commandement saoudien à Hodeida, sur la côte ouest du Yémen, ont affirmé le 4 novembre à l'AFP des sources médicales.

Les forces pro-gouvernementales ont quant à elles perdu 13 hommes, ont affirmé d'autres sources médicales à Aden et Mokha, villes sous contrôle du gouvernement en exil, où les corps sans vie ont été transportés. 

La ville portuaire de Hodeida, qui est aux mains des rebelles Houthis, est, depuis le 1er novembre, le théâtre de violents combats et la cible de frappes aériennes menées par les forces pro-gouvernementales appuyées par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. La coalition avait envoyé le 30 octobre des renforts vers la côte ouest en vue d'un nouvel assaut contre Hodeida, port stratégique sur la mer Rouge, notamment pour le ravitaillement alimentaire, selon des responsables militaires yéménites.

Ces affrontements ont éclaté quelques heures après que le gouvernement yéménite, basé à Aden, s'est dit prêt à reprendre les négociations de paix avec les rebelles houthis.

Les Nations unies ont récemment appelé toutes les parties à s'asseoir à la table des négociations dans un délai d'un mois, après avoir tenté sans succès en septembre d'organiser des pourparlers de paix à Genève. Des discussions de paix à Koweït avaient aussi échoué en 2016. Les Etats-Unis ont appelé le 30 octobre à l'arrêt des frappes aériennes, tout en demandant aux Houthis de faire le premier pas.

Depuis 2015, le Yémen est le théâtre d'une guerre opposant les rebelles chiites houthis, qui contrôlent le port de Hodeida ainsi que la capitale yéménite Sanaa, à une coalition arabe sous commandement saoudien cherchant à rétablir le gouvernement réfugié à Aden, dans le sud du pays. La coalition bombarde régulièrement le Yémen, causant des milliers victimes civiles, dont beaucoup d'enfants. Au mois d'août, au moins 66 enfants ont été tués dans des frappes de la coalition saoudienne. En plus de trois ans, le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et est à l'origine de la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU. Selon les données des Nations unies, le bilan était de 10 000 morts en août 2016, mais il ne fait aucun doute que ce chiffre est très largement dépassé aujourd'hui. Désormais, il se rapprocherait des 56 000 morts, selon une estimation indépendante citée par The Independent.

Lire aussi : 42% des Britanniques ne savent pas qu'il y a une guerre au Yémen, qu'en est-il des Français ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»