WikiLeaks et Varoufakis partent en guerre contre le Traité Transatlantique de libre-échange

Yanis Varoufakis contre le TTIP© Jean-Paul Pelissier Source: Reuters
Yanis Varoufakis contre le TTIP

100 000 dollars, c'est la somme que l'organisation de Julian Assange est prête à mettre pour quiconque lui apporterait le texte du très secret traité transatlantique. Yanis Varoufakis est également prêt à mettre la main à la poche.

Le plus grand mystère plane autour du Traite de libre-échange transatlantique (TTIP ou TAFTA). Le secret qui entoure ses délibérations inquiète et interroge.

En savoir plus: Jacques Nikonoff : «Le TAFTA, c’est un OTAN économique qui se met en place»

Wikileaks a donc décidé de mettre, non pas sa tête à prix, mais son contenu. L’organisation vient de lancer ce 11 août une collecte de la somme nécessaire pour récompenser tout lanceur d'alerte potentiel qui communiquerait le texte. La cagnotte s'est rapidement élevée à plus de 17.000 euros.

Parmi les donateurs, rien de moins que les journalistes Daniel Ellsberg (à l'origine des révélation sur la guerre du Vietnam) et Glenn Greenwald (à l'origine des révélations de Edward Snowden), ainsi que la célèbre et excentrique créatrice de mode Vivienne Westwood. On notera aussi la présence active de Yanis Varoufakis.

Dans un communiqué, Wikileaks explique ainsi : «Le secret du TTIP jette une ombre sur le futur de la démocratie européenne. Derrière ce traité, les intérêts personnels se déchaînent, comme nous l’avons vu récemment lors du siège financier imposé au peuple grec. Le TTIP affecte la vie de chaque Européen et engage l’Europe dans un conflit à long terme avec l’Asie. Il est temps de mettre fin au secret».

En savoir plus: L'agriculture française va déjà mal? Elle ira moins bien avec le TAFTA

Ce n'est pas la première fois que Wikileaks recourt au principe de la récolte de fonds. En juin dernier, une campagne proposait 91.000 euros à celui qui lui fournirait le texte du TTP (Trans-Pacific Partnership Agreement), un autre traité multilatéral de libre-échange qui vise à intégrer les économies des régions Asie et Pacifique et dont les négociations sont encore en cours. Dans ce cas précis, WikiLeaks a affirmé avoir récolté 80 % de l’argent nécessaire .

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales