Pour l'Eglise orthodoxe russe, «le patriarcat de Constantinople s'est auto-détruit»

Pour l'Eglise orthodoxe russe, «le patriarcat de Constantinople s'est auto-détruit»© Vasily MAXIMOV Source: AFP
Le métropolite Hilarion, président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou.
Suivez RT France surTelegram

Le métropolite Hilarion, en charge de la diplomatie du patriarcat de Moscou, a annoncé le 15 octobre à Minsk que le patriarcat de Constantinople perdait son statut de coordinateur de l'orthodoxie universelle.

Au cours d’une conférence de presse organisée le 15 octobre à Minsk (Biélorussie), le métropolite Hilarion, chargé des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou a affirmé que le schisme – né de la décision de Constantinople de reconnaître en Ukraine, une Eglise indépendante du patriarcat de Moscou – a provoqué de facto «une nouvelle réalité ecclésiale».

«Nous n'avons plus un seul centre de coordination pour l'Eglise orthodoxe, nous devons en être parfaitement conscients. Le patriarcat de Constantinople s'est auto-détruit», a-t-il déploré. 

Et de poursuivre : «En envahissant le domaine canonique, […] en légitimant un schisme, le patriarcat de Constantinople a perdu le droit d'être nommé centre de coordination de l'Eglise orthodoxe.»

A l’issue d'un Saint-Synode de deux jours organisé le 11 octobre à Istanbul, le patriarche Bartholomée, titulaire du patriarcat de Constantinople, avait scellé la fin de 332 années de tutelle religieuse du patriarcat de Moscou dans le pays. Jusqu'à présent, le patriarcat de Kiev, autoproclamé après l'indépendance du pays en 1992, n'était reconnu par aucune Eglise orthodoxe dans le monde.

Pour le patriarcat de Moscou, ce «schisme» est le plus important depuis le XIe siècle, date de la scission de l'orthodoxie et du catholicisme.

Lire aussi : Schisme : que se passe-t-il au sein de la religion orthodoxe en Ukraine ?

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix