Une jeune Russe jette de l'eau de javel sur les hommes pour lutter contre le manspreading

Une jeune Russe jette de l'eau de javel sur les hommes pour lutter contre le manspreading© Capture d'écran @YouTube d'Anna Dovgalyuk
La jeune activiste russe Anna Dovgaliouk dans le métro de Saint-Petersbourg aspergeant un passager d'eau de javel.

La féministe russe Anna Dovgaliouk a déclenché une polémique en publiant une vidéo dans laquelle elle arrose des hommes d'eau de javel à l'entrejambe dans le métro. Leur crime : s'être assis en écartant les jambes, sans tenir compte des femmes.

Pour lutter contre le phénomène du manspreading, la tendance qu'ont certains hommes à s'asseoir en écartant les jambes, la jeune activiste russe Anna Dovgaliouk a aspergé d'eau de javel l’entrejambe d'une soixantaine de voyageurs éberlués dans le métro de Saint-Pétersbourg.

Dans un «videomanifest» de trois minutes, qu'elle a tourné pour l'occasion, la jeune féministe de 20 ans prévient qu'elle mène une croisade contre le manspreading : «Les hommes qui font étalage de leur virilité alpha dans le métro devant les femmes et les enfants méritent notre mépris.» Cette blondinette aux airs de jeune fille modèle ajoute : «Si vous voulez montrer publiquement quel genre de macho vous êtes, nous allons vous rafraîchir en public!»

L'ange blond se métamorphose vite en démon. En arpentant les wagons, elle repère les voyageurs en faute, qui s'étalent sur plus d'un siège au risque d'indisposer les autres passagers. Alors que ces hommes, confortablement installés les jambes écartées, lisent ou écoutent de la musique, ils voient surgir l'activiste munie d'une bouteille en plastique qui leur déverse du liquide corrosif au niveau de la braguette.

Le manspreading est une agression de genre et un irrespect total pour les femmes voisines

La plupart, sidérés, se laissent faire et ne réagissent pas. Ils ignorent à ce stade que le liquide est 30 fois plus concentré en eau de javel que celui qui est utilisé pour le ménage. En se répandant sur les pantalons des infortunées victimes, les taches de décoloration, voire des trous, apparaîtront quasi immédiatement. «Comme cela, chacun peut immédiatement comprendre quelle partie du corps contrôle le comportement de ces hommes», écrit-elle.

Anna Dovgaliouk, dont la vidéo a cumulé trois millions de vues en quelques jours, a annoncé que Moscou et Kazan seraient ses prochains terrains de chasse anti-manspreading. 

La jeune activiste rappelle dans sa vidéo que la première mention du terme manspreading remonte à 1915 et constitue une «agression de genre et un irrespect total pour les femmes voisines». Elle rappelle qu'il est considéré comme une infraction dans le métro de New-York, la ville américaine menant en effet campagne depuis 2013 contre cette habitude masculine. A Madrid, des pictogrammes rappellent les hommes à l'ordre et à Los Angeles le contrevenant est passible d'une amende de 75 dollars. En Iran, ce comportement peut être même puni de plusieurs mois de prison.

La jeune fille s'était déjà fait connaitre avec une vidéo virale, totalisant près de quatre millions de vues. Toujours dans le métro, elle soulevait sa jupe pour dénoncer l'upskirting, cette pratique consistant à regarder ou enregistrer des images volées sous les jupes des femmes.

Lire aussi : Pour protester contre le voyeurisme, une jeune Russe... soulève sa robe dans le métro (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter