Skripal : Moscou sait qui sont les suspects identifiés par Londres, et ce sont des civils

Skripal : Moscou sait qui sont les suspects identifiés par Londres, et ce sont des civils© Metropolitan Police in London / Reuters
Alexander Petrov et Ruslan Boshirov sur des images diffusées par la police de Londres

En marge du Forum économique oriental qui se tient à Vladivostok, le président russe a expliqué le 12 septembre que Moscou avait identifié les suspects pointés du doigt par Londres dans l'affaire Skripal et qu'il s'agissait en réalité de civils.

La Russie a identifié les personnes soupçonnées par Londres d'avoir empoisonné l'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille au Royaume-Uni, a annoncé le 12 septembre Vladimir Poutine, assurant qu'il s'agissait de «civils» et non d'agents du renseignement militaire comme l'affirment les autorités britanniques : «Nous savons de qui il s'agit, nous les avons trouvés. Mais nous espérons qu'ils apparaîtront eux-mêmes au grand jour pour dire qui ils sont. Ce sont des civils, bien sûr», a déclaré le président russe lors du Forum économique oriental qui se tient à Vladivostok.

Londres a pour sa part accusé Moscou de «mensonges». «Ces hommes sont des officiers du service de renseignement militaire russe, le GRU», a déclaré un porte-parole de Downing Street lors d'un point presse. Il a précisé : «Nous avons demandé de manière répétée des comptes à la Russie sur ce qui s'est passé à Salisbury en mars, ils n'ont répondu que par des mensonges. Rien n'a changé.»

Le 5 septembre, les autorités britanniques accusaient Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov, deux ressortissants russes selon Londres, d'avoir commis trois tentatives de meurtre par empoisonnement dans l'affaire Skripal à l'encontre de l'ex-agent double Sergueï Skripal, sa fille Ioulia et un agent de police britannique.

Selon les déclarations de la police britannique, qui avait émis un mandat d'arrêt européen contre les deux suspects, ceux-ci voyageaient avec d'authentiques passeports russes et étaient arrivés au Royaume-Uni quelques jours avant l'empoisonnement des Skripal qui a eu lieu en mars. La Russie a toujours nié toute implication dans cette affaire.

A l'occasion de ces accusations, la diplomatie russe avait réagi par la voix de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova : «Une nouvelle fois, nous appelons les Britanniques à cesser les accusations publiques et la manipulation de l'information.» Moscou avait en outre regretté être tenu à l'écart de l'enquête, estimant que celle-ci nécessiterait une analyse minutieuse ainsi qu'une «coopération pragmatique» entre Londres et Moscou.

Lire aussi : Novitchok : pour Londres, Vladimir Poutine responsable «en dernier ressort», le Kremlin dément

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»