Viktor Orban désigne Emmanuel Macron comme son principal adversaire en Europe

Viktor Orban désigne Emmanuel Macron comme son principal adversaire en Europe© Massimo Pinca Source: Reuters
Viktor Orban et Matteo Salvini, main dans la main à Milan

Lors d'une rencontre avec le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini, le Premier ministre hongrois n'a pas tari d'éloges pour celui-ci, qu'il a assimilé à son «héros». Il a en revanche taclé le président français Emmanuel Macron.

En visite le 28 août à Milan pour y rencontrer le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, le Premier ministre hongrois conservateur Viktor Orban a salué les prises de position de son hôte. «C'est mon héros et aussi mon compagnon de route», a-t-il ainsi affirmé lors de leur conférence de presse. Alors que les deux hommes partagent une même vision sur l'immigration, Viktor Orban a rappelé la nécessité de «défendre les frontières».

Ciblé par l'Union européenne et la justice italienne pour sa gestion du dossier Diciotti qui a vu 150 migrants rester pendant plusieurs jours au large de l'Italie, Matteo Salvini a donc reçu un soutien appuyé du leader hongrois. Evoquant l'Afrique, Viktor Orban a, expliqué que l'objectif était d'aider là où il y avait des problèmes et non «d'apporter les problèmes chez [soi]». «La mission de monsieur Salvini est de s'assurer que ces migrants peuvent également être arrêtés en mer», a ajouté le chef du gouvernement hongrois.

En revanche, Viktor Orban a été beaucoup moins tendre envers Emmanuel Macron qu'il a désigné comme son principal adversaire en Europe. Il a ainsi affirmé : «[Il y a] actuellement deux camps en Europe et l'un est dirigé par Macron [...] à la tête des forces politiques soutenant l'immigration [...] De l'autre côté, il y a nous qui voulons arrêter l'immigration illégale.» Le président français a répliqué dès le lendemain, depuis Copenhague où il se trouve en visite officielle, à la déclaration de Viktor Orban. «Je ne céderai rien aux nationalistes et à ceux qui prônent ce discours de haine. S'ils ont voulu voir en ma personne leur opposant principal, ils ont raison», a-t-il déclaré aux journalistes.

Une manifestation, organisée par des partis de gauche s'est déroulée non loin du lieu de la réunion entre les deux hommes. Elle a réuni près de 3 000 personnes.

Lire aussi : Viktor Orban ne veut pas d'un «leadership français de l'Europe, payé par de l'argent allemand»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter