Des rebelles syriens entraînés par les Etats-Unis refusent de combattre Al-Qaïda

Des rebelles syriens se reposent dans une rue de al-Ghab près de Hama à l'Ouest du pays.© Stringer Source: Reuters
Des rebelles syriens se reposent dans une rue de al-Ghab près de Hama à l'Ouest du pays.

Un groupe de rebelles syriens, qui comprend des combattants formés par l’armée américaine, a refusé de lutter contre le Front al-Nosra, filiale locale d'Al-Qaïda, suite à une série de kidnappings de ses militants.

Une source au sein de cette division, qui a subi une campagne d’enlèvements effectués par le Front al-Nosra, a annoncé que le groupe s’est aussi opposé aux frappes aériennes menées par les Américains au cours des derniers jours contre des combattants liés à Al-Qaïda.

«Nous n’avons rien à voir avec les frappes de la coalition, c’est vrai et nous nous opposons à des tirs effectués sur les positions du Front al-Nosra», a indiqué la même source. «Notre objectif est clair, c’est Daesh, et après, le régime syrien».

Ces déclarations compliquent la stratégie américaine en Syrie qui, à son tour, a déjà connu quelques échecs et suscite des questions sur les capacités de Washington à contrôler les rebelles formés sur le terrain. «Avec la puissance militaire immense que les Etats-Unis ont à leur disposition, le début de la mission est une humiliation et, s’il y une possibilité de réussite, il faut montrer des résultats le plus vite possible», a expliqué Charles Lister, expert auprès du Brookings Center de Doha.

En savoir plus : Jonathan Steele : «Qui faut-il abattre en premier ? El-Assad ou Daesh ?»

Al-Nosra, la filiale locale d'Al-Qaïda, a lancé une campagne d’enlèvements et d’attaques contre la Division 30 peu après l’arrivée de son premier contingent, composé de 50 à 60 combattants venus de Turquie et entraînés par Washington. Le groupe djihadiste les accuse de chercher à propager l’influence américaine.

Le Front al-Nosra, dont les militants ont prêté allégeance au leader suprême d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, a enlevé un commandant de la division avec six autres combattants, alors que ces derniers planifiaient, la semaine dernière, une offensive contre les positions de Daesh dans la province d’Alep.

A la suite de l’enlèvement, le groupe terroriste a lancé une attaque contre le quartier général de la division, faisant cinq morts et 18 blessés, tandis que les rebelles, soutenus par Washington ont réclamé une trêve. Apparemment en représailles, la coalition menée par les Américains, qui a pour mission de combattre Daesh, a bombardé des positions du Front al-Nosra en Syrie.

Selon un bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 25 djihadistes ont péri dans ces combats et lors des frappes de la coalition sur la zone.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales