Qui est Karin Kneissl, la ministre autrichienne qui a invité Vladimir Poutine à son mariage ?

- Avec AFP

Qui est Karin Kneissl, la ministre autrichienne qui a invité Vladimir Poutine à son mariage ? © Alexei Druzhinin Source: AFP
Vladimir Poutine dans le nord du caucase à Pyatigorsk le 14 août 2018/(Image d'illustration).

Vladimir Poutine a été invité au mariage de la ministre des Affaires étrangères autrichienne Karin Kneissl, le 18 août. Il est ensuite attendu à Meseberg, au nord de Berlin, pour une rencontre avec Angela Merkel, le même jour.

La venue attendue le 18 août du président russe Vladimir Poutine au mariage de la ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl (apparentée au Parti de la liberté, le FPÖ, qualifié de populiste), sème le trouble en Autriche alors qu'elle assume la présidence tournante de l'UE.

«Comment la présidence autrichienne de l'UE peut-elle jouer, comme elle le prétend, un rôle d'intermédiaire honnête (entre les 28 et Moscou) si la ministre des Affaires étrangères et le chancelier se placent aussi clairement d'un côté ?», s'est interrogé ce 17 août Andreas Schieder, ténor social-démocrate (Parti social-démocrate, SPÖ, qui siège dans l'opposition).

«Il s'agit d'une provocation de dimension européenne», a ajouté l'eurodéputée SPÖ Evelyn Reger, dénonçant une «honte pour l'image de l'Autriche». Le parti Vert, siégeant lui aussi dans l'opposition, a pour sa part demandé la «démission immédiate» de la ministre, soulignant que «Vladimir Poutine [était] l'adversaire le plus agressif de l'UE en matière de politique étrangère».

Karin Kneissl, 53 ans, nommée à la tête de la diplomatie autrichienne par le FPÖ, dont elle n'est formellement pas membre, doit épouser ce 18 août l'homme d'affaires Wolfgang Meilinger dans un village viticole des environs de Graz, dans le sud-est de l'Autriche.

Un mariage et une invitation qui suscite de vives réactions

Le Kremlin avait confirmé le 15 août que le chef de l'Etat russe avait accepté d'assister à ce mariage, avant une rencontre programmée plus tard dans la journée avec la chancelière allemande Angela Merkel près de Berlin. D'abord désignée comme un «événement privé» par le ministère autrichien, la venue du président russe, qui doit mobiliser plusieurs centaines de policiers, a entre-temps été requalifiée en «visite de travail» par Vienne. Aucun rendez-vous avec la presse n'est prévu à ce stade.

Outre le président russe, le chancelier conservateur Sebastian Kurz et le vice-chancelier FPÖ Heinz-Christian Strache sont attendus au mariage. Le FPÖ a noué en 2016 un accord de coopération avec le parti Russie unie de Vladimir Poutine.

Cette venue a été vivement dénoncée par Kiev, qui a estimé qu'elle excluait désormais l'Autriche du processus du Minsk sur l'Ukraine. Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a assuré que cette visite «ne changerait rien au positionnement de l'Autriche en matière de politique étrangère».

Lire aussi : Autriche : un Afghan voit sa demande d'asile refusée car il n'«agissait» pas comme un homosexuel

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter