Salvini dénonce des contraintes imposées par l'UE, après la catastrophe de Gênes

Salvini dénonce des contraintes imposées par l'UE, après la catastrophe de Gênes© Tony Gentile / Reuters
Matteo Salvini

Rome a annoncé de premières mesures après le terrible effondrement d'un viaduc qui a fait des dizaines de morts. Dans le viseur du gouvernement, la société gérant le tronçon d'autoroute, mais aussi les contraintes budgétaires imposées par Bruxelles.

Le 14 août, le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini s'est interrogé sur les conséquences, en matière de sécurité de ses concitoyens, des contraintes budgétaires européennes, peu après le terrible effondrement d'un pont autoroutier à Gênes qui a fait des dizaines de morts.

«Si des contraintes externes nous empêchent de faire des dépenses pour avoir des routes et des écoles sûres, alors cela amène à se demander s'il y a un sens de suivre ces règles», a déclaré Matteo Salvini, cité par le média américain Bloomberg. Dans une allusion à peine voilée aux règles fixées par l'Union européenne, il a ajouté : «Il ne peut y avoir de compromis entre les règles fiscales et la sécurité des Italiens.»

Le dernier bilan de la catastrophe s'élève à 39 morts, 15 blessés et plusieurs disparus, selon les autorités italiennes. Parmi les victimes se trouvent quatre Français, selon le Quai d'Orsay.

Lire aussi : L'effroyable effondrement d'un pont autoroutier à Gênes cause la mort de dizaines de personnes

La société Autostrade dans la tourmente

Outre cette pique à l'adresse de Bruxelles, la société gérant le tronçon d'autoroute qui s'est écroulé le 14 août est elle aussi dans le viseur des autorités. «Les responsables ont un nom et un prénom, et ce sont Autostrade per l'Italia», avait commenté le vice-Premier ministre Luigi Di Maio, ajoutant que le viaduc s'était effondré parce que la maintenance n'avait pas été faite.

Le 15 août, après un Conseil des ministres extraordinaire, le chef du gouvernement, Giuseppe Conte, a fait savoir lors d'une conférence de presse : «Nous avons déjà annoncé que nous allions lancer la procédure de révocation de la concession de la société Autostrade.» Il n'a en revanche pas précisé si la déclaration concernait toutes les autoroutes gérées par le groupe, ou uniquement le tronçon de Gênes.

«Nous laissons les responsables des enquêtes pénales faire leur devoir mais nous ne pouvons pas attendre la justice pénale [...] Nous avons l'obligation de faire voyager tous les citoyens en sécurité, donc nous avançons et nous révoquerons la concession parce qu'il n'y a pas de doute [...] qu'Autostrade avait le devoir et l'obligation, l'engagement, d'assurer l'entretien de ce viaduc et la sécurité de tous ceux qui l'empruntaient», a encore déclaré Giuseppe Conte.

L'état d'urgence décrété pour 12 mois

Rome a en outre décrété, à l'issue du même Conseil des ministres, l'instauration d'un «état d'urgence pour 12 mois» à Gênes, à la demande du président de la région.

Le chef du gouvernement italien a déclaré : «Nous avons débloqué, pour la mise en place des premières interventions, 5 millions d'euros du fonds d'urgence nationale. C'est une première mesure du gouvernement face à cette tragédie.»

«Nous proclamerons aussi une journée de deuil national, nous sommes en train de déterminer la date pour la faire coïncider avec les funérailles des victimes», a encore annoncé Giuseppe Conte.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter