Désarmement chimique : Moscou met en parallèle ses résultats et le retard américain

Désarmement chimique : Moscou met en parallèle ses résultats et le retard américain© Iliya Pitalev Source: Sputnik
Dans la ville russe de Kizner, un entrepôt à ciel ouvert de munitions qui contenaient des agents toxiques sur le point d'être recyclées dans le cadre du programme de destruction des armes chimiques.

Mise en cause par Washington dans l'affaire Skripal, la Russie, par la voix du chef de sa diplomatie Sergueï Lavrov, a rappelé avoir rempli ses obligations en matière de désarmement chimique, contrairement aux Etats-Unis.

Le 12 août, en marge du sommet d'Aktaou (Kazakhstan) qui réunissait les représentants des cinq pays qui bordent la mer Caspienne, le ministre russe des Affaires étrangères s'est exprimé devant la presse sur le démantèlement par la Russie de son arsenal chimique. Et il a profité de l'occasion pour adresser une pique à l'encontre de Washington qui a récemment annoncé de nouvelles sanctions anti-russes.

«Il y a trois ans, selon toutes les inspections [...] réalisées dans le cadre de l'OIAC [Organisation pour l'interdiction des armes chimiques], le processus de désarmement chimique de la Russie a été achevé», a déclaré Sergueï Lavrov. Les Etats-Unis devaient respecter le même agenda pour le démantèlement de leur arsenal chimique, mais «ils ont encore demandé à repousser l'échéance, pour le moment jusqu'au début des années 2020», souligne le chef de la diplomatie russe. «Nous devrions donc parler des problèmes concernant le désarmement chimique américain», a fait valoir le ministre, en mettant en parallèle ce sujet avec les récentes accusations américaines ayant motivé de nouvelles sanctions anti-russes.

Les Etats-Unis ont déclaré le 8 août avoir déterminé que la Russie était derrière l'attaque au produit neurotoxique Novitchok contre l'ancien agent double russe Sergueï Skripal et sa fille au Royaume-Uni. En guise de représailles, Washington a annoncé de nouvelles sanctions économiques visant la Russie et évoqué la possibilité d'une deuxième vague de sanctions à l'avenir. 

Ce 12 août, Sergueï Lavrov a rappelé que la Russie niait ces accusations et déclaré : «Toute personne qui est un minimum au fait de la dite affaire Skripal comprend l'absurdité [des accusations contre Moscou] du secrétariat d'Etat des Etats-Unis.»

Lire aussi : Skripal : Moscou dénonce les accusations «farfelues» de Washington et ses sanctions «draconniennes»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter