La participation d’athlètes algériens à la 10e édition des Gay Games divise la toile

La participation d’athlètes algériens à la 10e édition des Gay Games divise la toile  © Lucas Barioulet Source: AFP
Un spectateur tient un drapeau arc-en-ciel lors de la cérémonie d’ouverture des Gay Games 2018 au Stade Jean Bouin à Paris le 4 août 2018.

Cinq athlètes représentant l’Algérie ont défilé lors de la cérémonie d'ouverture des Gay Games à Paris, brandissant le drapeau berbère. Si certains internautes s'en sont félicité, d'autres, plus nombreux, ont vertement critiqué l'initiative.

Depuis le 4 août, Paris accueille la 10e édition des Gay games, où 40 000 visiteurs en provenance de 80 pays sont attendus. Parmi eux figurent cinq Algériens, selon le site de la chaîne France 3, qui a retransmis en direct la cérémonie d’ouverture.

La séquence, furtive, montrant ces athlètes défiler dans l’enceinte du Stade Jean-Bouin, certains brandissant le drapeau berbère sous les applaudissements du public, n’a pas manqué d’être commenté sur les réseaux sociaux.

Pour certains internautes, la participation de ressortissants algériens n’a pas lieu de susciter de polémiques. «Il y a des homosexuels en Algérie, musulmans, certains sont mariés et pères ou mères de famille, ceux qui font semblant de les ignorer les trouveront un jour dans leurs familles... Hypocrites», écrit ainsi une internaute, originaire de Bouira.

Un autre internaute, d'Alger, estime que le choix de ces athlètes de participer à cette compétition relève de la liberté individuelle. 

En revanche, de nombreux internautes, se présentant comme Algériens, ont critiqué avec virulence la participation de leurs compatriotes. L'un d'entre eux les a qualifiés de «harkis», ces Algériens qui ont décidé de combattre aux côtés de la France pendant la guerre d'indépendance. Selon lui, ils «salissent l’image» de leur pays. En outre, à l'instar de nombreux autres Algériens réprouvant cette initiative, il a rappelé que le drapeau officiel du pays n'était pas celui que brandissaient les athlètes. 

 

Autre exemple : une internaute, de Skikda, a estimé que les athlètes algériens ne respectaient pas «les traditions» de leur pays.

En Algérie, l’homosexualité est sanctionnée par l'article 338 du Code pénal : «Tout coupable d’un acte d’homosexualité est puni d’un emprisonnement de deux mois à deux ans et d’une amende de 500 à 2 000 dinars algériens.»

Lire aussi : Algérie : un drapeau LGBT hissé dans l'ambassade britannique agite les internautes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter