Un groupe masqué d'ultra-droite attaque un camp de Roms en Ukraine : un mort, quatre blessés

Un groupe masqué d'ultra-droite attaque un camp de Roms en Ukraine : un mort, quatre blessés
Le camp de Roms de Lvov en Ukraine, après le passage du groupe d'hommes masqués ; photographie des services de la police nationale ukrainienne

Scène choc en Ukraine : un groupuscule d'ultra-droite a pris d'assaut un campement rom installé en banlieue de Lvov. Un jeune Rom de 24 ans a été tué et quatre personnes ont été blessées dont une fillette.

Des hommes masqués liés à des groupes d'extrême droite ukrainienne ont attaqué et ravagé un camp de Roms en banlieue de la ville de Lvov, en Ukraine. Un jeune homme de 24 ans a été tué à coups de couteau et quatre personnes ont été blessées lors de l'assaut, dont une femme de 30 ans et une fillette de 10 ans, d'après une déclaration de la police. La chaîne de télévision ukrainienne Hromadske TV a fait savoir que le camp comptait 14 résidents au moment de l'attaque, dont quatre enfants et une femme enceinte.

Huit hommes ont été interpellés, tous âgés de 16 à 17 ans, hormis le cerveau présumé de l'opération qui court toujours et serait âgé de 20 ans.

Les premiers éléments de l'enquête font état du caractère prémédité de l'attaque. Les individus étaient armés de battes, de couteaux et de tessons de bouteille, d'après les informations de la chaîne Hromdaske.

Les suspects font partie d'un groupe baptisé «La jeunesse sobre et méchante». Sur leur chaîne vidéo, depuis retirée de YouTube, les membres de ce groupe faisaient référence au groupe ukrainien d'ultra-droite «La division misanthrope» et y affichaient leur logo belliqueux : un masque de hockey surmontant deux battes de baseball croisées.

La «division misanthrope» est elle-même connue pour ses liens avec le Régiment Azov, une unité paramilitaire aux références nazies.

L'attaque a été condamnée par le Conseil de l'Europe qui a appelé de ses vœux une enquête menée avec promptitude et en toute transparence. Effrayés par la récurrence de ce phénomène anti-Roms qui s'est manifesté par deux fois à Kiev cette année, les résidents du campement ont pour leur part évoqué la possibilité de retourner dans la région de la Transcarpatie, au Sud-Ouest de l'Ukraine, dont ils sont issus.

Lire aussi : Présidentielle russe : les ultranationalistes jurent d'empêcher la tenue du scrutin en Ukraine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter