Un hacker anglais au service de Daesh est numéro 3 sur «la liste noire» des Etats-Unis

Capture d'écran de la vidéo sur youtube.com
Capture d'écran de la vidéo sur youtube.com

Junaid Hussain, un jeune geek de Birmingham âgé de 21 ans, est parti pour la Syrie en juillet 2013 où il est soupçonné de diriger le «Cyber Califat», la branche de piratage informatique de Daesh, et d’où il aurait hacké le Pentagone.

Les autorités américaines ne cachent pas leur désir «intense» d’assassiner Junaid Hussain qu’elles accusent d’être l’inspirateur des «loups solitaires» qui frappent l’Amérique et l’Occident dans son ensemble au nom de l’Etat islamique. Il arrive donc en troisième position sur la liste noire des responsable de Daesh éditée par les Etats-Unis. Seuls Mohammed Emwazi, dit Jihadi John, qui a exécuté des otages de l’organisation terroriste, et Abu Bakr Al-Baghdadi, son calife autoproclamé, le précèdent dans ce classement des cibles que les autorités américaines jugent prioritaires.

Junaid Hussain, également connu sous le nom d’Abu Hussain al-Britani, a fait son apparition dans l’organigramme de Daesh après avoir quitté la Grande-Bretagne en juillet 2013, à une époque où il venait d’être libéré sous caution pour un crime violent dont il était l’auteur présumé. L’an dernier, le Sunday Times avait révélé son identité réelle et le fait qu’il avait été déjà emprisonné en 2012 pour le piratage informatique d’informations personnelles concernant Tony Blair.

Le pirate britannique a épousé Sally Jones, une ancienne rockeuse punk âgée de 45 ans qui s’est convertie à l’islam, avant de partir en Syrie avec son fils de 10 ans. Elle est désormais connue sous le nom de Umm Hussain Al-Britani et elle est soupçonnée d’être à la tête d’un contingent féminin de Daesh, dénommé Khanssaa Brigade. Ce groupement impose une application stricte de la Charia, la loi islamique, à Raqqa, capitale de facto de l’Etat islamique.

Selon les autorités américaines, Junaid Hussain pourrait au moins être responsable de la radicalisation de l’homme qui avait ouvert le feu lors d’un concours de caricatures de Mahomet, à Garland, au Texas en mai dernier.

En savoir plus: Daesh revendique la fusillade de Garland, au Texas, lors d’un concours de caricatures

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales