Pour Trump, la Russie devrait réintégrer le G7 : Rome approuve, Paris ne trouve pas cela «cohérent»

Pour Trump, la Russie devrait réintégrer le G7 : Rome approuve, Paris ne trouve pas cela «cohérent»© Kevin Lamarque Source: Reuters
Le président des États-Unis, Donald Trump, prend la parole alors qu'il quitte la Maison-Blanche à Washington (États-Unis) pour se rendre au Sommet du G7 au Canada, le 8 juin 2018.

Exclue du G8 depuis 2014 (redevenu le G7 depuis), la Russie devrait pourtant y avoir sa place : c'est ce qu'a estimé Donald Trump ce 8 juin. Le chef du gouvernement italien lui a emboîté le pas, la France ne trouve pas la proposition «cohérente».

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a estimé le 8 juin que la Russie devait assister à la réunion du Groupe des Sept (G7), alors qu'il se préparait à aller au Canada pour assister à une partie du sommet qui doit durer trois jours. La Russie a en effet été exclue du G8 en 2014, après la crise de la Crimée.

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a exprimé le même jour son approbation quant à la réintégration de la Russie au sein du G7 proposée par le président américain. «Je suis d'accord avec le président américain. [...] C'est dans l'intérêt de tout le monde», a-t-il expliqué.

La France a également réagi à la proposition américaine. Une source à l'Elysée citée par Reuters a fait savoir que la recommandation de Donald Trump de réintégrer la Russie dans le G7 n'était pas «cohérente». Selon la même source, les pays européens estiment que «les conditions ne sont pas réunies» pour un retour de la Russie dans le G7.

Un journaliste de la Maison Blanche rapporte ces propos que le président américain aurait prononcés peu avant de décoller pour le G7.

Réagissant à ces propos, le Kremlin a déclaré que la Russie privilégiait «d'autres formats que le G7», au moment où Vladimir Poutine participe au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui se tient les 9 et 10 juin dans la grande ville côtière chinoise de Qingdao et auquel la Russie participe.

Le sommet du G7 qui s'ouvre ce 8 juin au Canada s'annonce particulièrement tendu : Emmanuel Macron mène la fronde contre Donald Trump, dont l'action unilatérale sur de nombreux dossiers, dont les taxes douanières sur l'acier et l'aluminium, exaspère ses partenaires.

Donald Trump, qui avait failli annuler sa participation au G7 et se faire remplacer par son vice-président, devrait quitter le sommet tôt le 9 juin pour se rendre à Singapour afin de préparer un sommet avec le leader nord-coréen Kim Jong-un qui aura lieu le 12 juin.

Lire aussi : Taxes sur l'acier et l'aluminium : les Etats-Unis seuls contre tous au G7 Finances

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter