Pour Benjamin Netanyahou, Bachar el-Assad «n'est plus à l'abri» de représailles

- Avec AFP

Pour Benjamin Netanyahou, Bachar el-Assad «n'est plus à l'abri» de représailles© Toby Melville Source: Reuters
Le Premier ministre britannique Theresa May avec Benjamin Netanyahou le 6 juin 2018

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, en visite à Londres le 7 juin, a fait savoir qu'«une nouvelle approche a été adoptée» par Israël à l'encontre de Bachar el-Assad.

«Je pense que Monsieur Assad devrait prendre ceci en considération [...] Maintenant que la guerre est finie, que Daesh est fini et qu'il invite l'Iran ou lui permet de venir avec l'intention d'attaquer Israël, de potentiellement détruire Israël à partir du territoire syrien, il n'est plus à l'abri, son régime n'est plus à l'abri, s'il nous tire dessus, nous détruirons ses forces», a averti Benjamin Netanyahou lors de visite à Londres le 7 juin, en ciblant Bachar el-Assad, président de la Syrie.

Le Premier ministre israélien a également ajouté que désormais, «une nouvelle approche a été adoptée». «La Syrie doit comprendre qu'Israël ne permettra pas l'enracinement militaire iranien en Syrie contre Israël et les conséquences ne seront pas que pour les forces iraniennes, mais pour le régime d'Assad aussi», a prévenu Benjamin Netanyahou.

Le Parlement israélien avait adopté le 30 avril une loi permettant au Premier ministre et au ministre de la Défense de décider d'entrer en guerre sans réunir le gouvernement.

Cette loi, votée à 62 voix contre 41, donne la responsabilité au cabinet restreint de sécurité de décider d'une opération militaire ou d'une guerre sans se concerter avec le reste du gouvernement.

Un paragraphe précise que le Premier ministre et son ministre de la Défense pourront décider d'entrer en guerre en cas de «conditions extrêmes».

Par ailleurs, à plusieurs reprises, Israël a mené des attaques contre des positions de l'armée syrienne ou des convois d'armes présentés comme provenant d'Iran et destinés au mouvement chiite libanais Hezbollah, qui lutte contre les groupes terroristes en Syrie au côté de Damas.

Lire aussi : Syrie : les forces kurdes annoncent leur retrait de la ville de Minbej

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»