Belgique : l'attaque est qualifiée «d'assassinat terroriste» par la justice

- Avec AFP

Belgique : l'attaque est qualifiée «d'assassinat terroriste» par la justice© François Lenoir Source: Reuters
Un homme est consolé sur la scène de l'attaque, le 29 mai 2018 à Liège.

L'attaque conduite à Liège par le délinquant fraîchement sorti de prison Benjamin Herman, qui a fait trois morts, a été qualifiée «d'assassinat terroriste et de tentative d'assassinat terroriste» par le Parquet fédéral belge.

La justice belge a retenu la qualification «d'assassinat terroriste et de tentative d'assassinat terroriste» pour l'attaque qui a fait trois morts le 29 mai à Liège, dont deux policières, avant que son auteur soit abattu, a annoncé le 30 mai le Parquet fédéral.

Les premiers éléments de l'enquête indiquent qu'il pourrait s'agir d'un attentat terroriste

«Les faits sont qualifiés d'assassinat terroriste et de tentative d'assassinat terroriste», a déclaré devant la presse une porte-parole du parquet, Wenke Roggen. «Les premiers éléments de l'enquête indiquent qu'il pourrait s'agir d'un attentat terroriste», a-t-elle ajouté, précisant que l'enquête sur l'auteur «se concentre actuellement sur la question de savoir s'il a agi seul».

«Parmi ces premiers éléments figurent le modus operandi auquel l'Etat islamique (EI) appelle régulièrement sur internet», a poursuivi la porte-parole, rappelant que le jeune homme de 31 ans, présenté comme Benjamin H. avait attaqué deux policières avec un couteau avant de les tuer avec leurs armes de service qu'il avait dérobées.

Le criminel a crié plusieurs fois «Allah Akhbar»

Le parquet a également souligné que l'auteur «avait crié plusieurs fois "Allah Akhbar" [Dieu est grand]» lors des faits et qu'il était «en contact avec des personnes radicalisées». Ces informations émanent de la police fédérale de Liège et de la Sûreté de l'Etat et «datent de 2016 et 2017, mais n'ont pas été confirmées depuis lors», a ajouté la porte-parole. L'instruction a été confiée à un juge d'instruction de Liège, spécialisé en terrorisme.

Benjamin Herman, qui a été abattu par la police après avoir tué deux policières et un passant, était détenu à la prison de Marche-en-Famenne, ville située à une cinquantaine de kilomètres au sud de Liège.

Né le 12 janvier 1987, il était connu de la justice pour «vol avec violence, consommation de stupéfiants et rébellion», a précisé la porte-parole Roggen. Il bénéficiait depuis le 28 mai, 7h30, d'un congé pénitentiaire et aurait normalement dû réintégrer la prison le 29 mai à 19h30.

Une fuite après un premier meurtre

Le Parquet fédéral a par ailleurs confirmé que l'homme était aussi suspecté d'un meurtre commis dans la nuit précédant la tuerie, à On, près de Marche-en-Famenne, faisant l'objet d'une enquête distincte.

D'après une source proche de l'enquête jointe par l'AFP, Benjamin Herman était dans «une fuite en avant» après avoir commis un premier meurtre dans la nuit du 28 au 29 mai. Selon les médias locaux, sa première victime serait un toxicomane de 30 ans, retrouvé mort à son domicile à On, probablement tué avec un marteau.

Lire aussi : «Allah Akbar» : un homme tue 3 personnes dont deux policières à Liège avant d'être abattu (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter