Venezuela : Maduro expulse le chargé d'affaires américain pour conspiration

Venezuela : Maduro expulse le chargé d'affaires américain pour conspiration© Marco Bello Source: Reuters
Nicolas Maduro le 22 mai lors de la confirmation officielle de sa réélection en tant que président du Venezuela

Fraîchement réélu, le président vénézuélien Nicolas Maduro a donné 48 heures au haut fonctionnaire américain Todd Robinson pour quitter le pays, en réaction à de nouvelles sanctions imposées par Washington, qui conteste la «légitimité» de l'élection.

Largement réélu à la présidence du Venezuela, Nicolas Maduro a décidé de répliquer à l'annonce de sanctions contre son pays par les Etats-Unis. 

Lors de l'annonce officielle de sa réélection, le 22 mai, il a en effet donné deux jours à Todd Robinson, chargé d'affaires américain au Venezuela et plus haut représentant diplomatique des Etats-Unis dans le pays, pour quitter le pays. «Je l'ai déclaré persona non grata et j'annonce le départ [du Venezuela] du chargé d'affaires américain dans les prochaines 48 heures», a annoncé Nicolas Maduro devant le Conseil national électoral. Le dirigeant chaviste a précisé avoir agi en réponse aux sanctions américaines.

Selon Reuters, le dirigeant vénézuélien a par ailleurs accusé le fonctionnaire américain de conspiration contre le gouvernement bolivarien. Le département d'Etat américain a pour sa part menacé Caracas de représailles.

Le 21 mai, le président sortant du Venezuela a remporté l'élection présidentielle avec 67,7% des suffrages, dans un scrutin boycotté par une partie de l'opposition. Avec un taux de participation d'un peu plus de 46%, le successeur d'Hugo Chavez a ainsi récolté 4 millions de voix de plus que son principal rival, le militaire Henri Falcon. Ce dernier, dont l'une des propositions consiste à introduire le dollar américain dans le pays, a participé au vote.

Qualifiant ces élections de «farce», les Etats-Unis ont promis des sanctions contre Caracas. Un peu plus tard, la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini a affiché une position similaire, affirmant : «L'Union européenne envisage des sanctions.»

Lire aussi : Les 14 pays du groupe de Lima rappellent leurs ambassadeurs au Venezuela

Le 22 mai, Nicolas Maduro a qualifié les sanctions étasuniennes de «mesures arbitraires et unilatérales», les assimilant à un «crime contre l'humanité». Le ministère vénézuélien des Affaires étrangères a pour sa part dénoncé une «campagne systématique d'agression et d'hostilité» de la part des Etats-Unis, qu'il a accusés de vouloir empêcher le peuple vénézuélien «d'exercer son droit de vote».

Lors de son discours de victoire, la veille, Nicolas Maduro avait déjà dénoncé, dans une référence à peine voilée aux Etats-Unis, les tentatives de «l'empire» de «déstabiliser le Venezuela». 

Lire aussi : Victoire de Maduro : «Seuls Washington et ses alliés s’opposent à la volonté du peuple vénézuélien»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter