L’Algérie accusée d’avoir abandonné des migrants subsahariens dans le désert nigérien

L’Algérie accusée d’avoir abandonné des migrants subsahariens dans le désert nigérien© FAROUK BATICHE Source: AFP
Des migrants clandestins nigériens sont assis près de leurs tentes après s'être installés près du marché aux fruits de la ville algérienne de Boufarik, à 35 km au sud de la capitale Alger

Le traitement réservé aux migrants subsahariens par les autorités algériennes est à nouveau critiqué. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), ces dernières auraient abandonné nombre d’entre eux dans le désert nigérien.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), l'Algérie serait responsable de l'abandon dans le désert nigérien d'une partie des 10 000 migrants subsahariens qui s'y trouvent depuis septembre dernier – migrants que l'organisation affirme avoir pris en charge. Photos et vidéos à l’appui, son chef de mission au Niger, Giuseppe Loprete, s’est indigné du sort qui leur était réservé en pointant la responsabilité d’Alger.

Parmi ses nombreuses publications sur Twitter figure une vidéo dans laquelle un ressortissant malien affirme avoir été expulsé vers le Niger alors qu’il était entré légalement sur le territoire algérien. En outre, il rapporte que deux personnes auraient péri au cours de leur traversée du désert.

De son côté, Radio Canada a diffusé sur son site le 29 avril, une vidéo non datée montrant des migrants subsahariens qui affirment également avoir été abandonnés par les autorités algériennes en plein désert lors de leur expulsion. «Avec d’autres, ils ont marché 15 kilomètres dans le désert, sans eau ni nourriture», écrit Radio Canada en commentaire d’une vidéo fournie par un des migrants. Dans celle-ci on peut notamment apercevoir deux véhicules de la gendarmerie algérienne.

Malgré ces protestations, le gouvernement algérien persiste et signe. Pour lui, ces reconduites aux frontières sont motivées par des impératifs sécuritaires. En juillet dernier, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, avait même affirmé que le gouvernement allait «prendre des mesures urgentes» contre l’immigration clandestine qui représenterait selon lui, «une menace pour la sécurité» de l’Algérie.

Lire aussi : L’Algérie raciste ? Une directive anti-migrants, finalement retirée, fait polémique dans le pays

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter