Carnet de bord d'un journaliste au Proche-Orient : Gaza à la veille des manifestations

Carnet de bord d'un journaliste au Proche-Orient : Gaza à la veille des manifestations© Damien Charton / RT France
Le journaliste de RT France Damien Charton était à Gaza pour suivre les préparatifs des manifestations du 14 mai, contre le déménagement de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem

Le jour de l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem a rimé avec la mort de dizaines de Palestiniens tués par des soldats israéliens. Le journaliste de RT France Damien Charton a vécu, depuis Gaza, les préparatifs des manifestations.

Samedi 12 mai, Gaza : à la rencontre des organisateurs des manifestations

Grosse journée à Malaka, où il n'y a pas eu de victimes.

Aujourd'hui, nous nous rendons à Gaza, où nous assistons a une réunion des factions palestiniennes qui organisent les manifestations des 14 et 15 mai, à savoir le Hamas, le Fatah, le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et le Jihad islamique. Nous interviewons deux leaders de la contestation, avant de nous rendre à l’hôpital Shiva pour rencontrer de jeunes manifestants blessés par balles lors d'une précédente mobilisation.

Carnet de bord d'un journaliste au Proche-Orient : Gaza à la veille des manifestations© Damien Charton / RT France
Dans le camp de réfugiés d'Al-Shati, à Gaza

Après avoir pris quelques images de la ville, nous prenons rendez-vous avec Médecins sans frontières (MSF) pour le lendemain. 

Lire aussi : Carnet de bord d'un journaliste au Proche-Orient : de Jérusalem à Gaza

Dimanche 13 mai, Gaza : clinique et camps de réfugiés

Nous interrogeons un pédo-psychiatre dans une clinique de Gaza. Depuis le début de la Marche du retour, le 30 mars, des milliers de blessés ont dû être pris en charge dans les hôpitaux du territoire, soumis à un sévère blocus par Israël. Déjà très fragile, le système de santé est au bord de l'asphyxie, m'expliquent deux responsables d'ONG.

«Les blessés par balles, ce sont des mois, des années de soins, sans compter les souffrances psychologiques des patients et de leurs proches», témoigne le chef de mission de MSF sur place.

Ensuite, direction le port maritime pour tourner quelques plans. «Heureusement que l'on a la mer», remarque mon interprète. Mais une mer sans bateaux. «Les Israéliens tirent dessus», ajoute-t-il.

Dernière étape du jour : le camp de réfugiés palestiniens d'Al-Shati, dans le nord de la bande de Gaza. Des façades de parpaings, comme un bidonville qui se serait figé, où les gamins courent dans des ruelles étroites en ce premier jour de vacances scolaires.

Un combi Volkswagen d'un autre âge, avec sur le toit un groupe électrogène alimentant une énorme sonorisation, annonce la manifestation de demain. On était au courant et on y sera.

Carnet de bord d'un journaliste au Proche-Orient : Gaza à la veille des manifestations© RT France / Damien Charton
Dans le camp de réfugiés d'Al-Shati, à Gaza

Lire aussi : 52 Palestiniens tués par des tirs israéliens à Gaza, les autorités accusent Israël de «massacre»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.