Boko Haram égorge 10 pêcheurs au Nigéria

Le Lac Tchad sépare quatre pays : le Nigéria (en bas à gauche), le Niger (en haut à gauche), le Tchad (à droite) et le Cameroun (en bas)© Google Maps
Le Lac Tchad sépare quatre pays : le Nigéria (en bas à gauche), le Niger (en haut à gauche), le Tchad (à droite) et le Cameroun (en bas)

La secte islamiste Boko Haram s'est rendue coupable du meurtre de 10 pêcheurs, près de la frontière entre le Nigéria et le Tchad, d'après un responsable local.

C'est une attaque à l'arme blanche. D'après un responsable local, les dix pêcheurs ont été égorgés au couteau par des djihadistes de l'organisation terroriste Boko-Haram. «Lundi à 16h [13h à Paris - NDLR] Boko Haram a attaqué trois villages sur les rives du lac Tchad où ils ont massacré 10 personnes, tous des pêcheurs», explique Abubakar Gamandi, le président du syndicat des pêcheurs de l'Etat de Borno. D'après l'homme, les armes blanches auraient été préférées aux armes à feu «pour ne pas attirer l'attention des soldats de Baga».

#BokoHaram : des "#attaques à l'arme blanche" http://t.co/LCahudak3ipic.twitter.com/IUGtUjNSjm

— RT France (@RTenfrancais) 30 Juillet 2015

«A Bundaram, ils ont tué quatre personnes, puis à Fishdam, ils ont tué deux personnes, et à Kwatar Mali, ils ont tué quatre personnes», continue Abubakar Gamandi. Des propos confirmés par un habitant du village voisin de Baga, Buhari Dan-Malam : «Ils ont tranché la gorge de 10 personnes», confirme-t-il.

L'attaque était répartie entre trois villages proches de Baga, dans le Nord-Est du Nigéria. Les victimes sont des pêcheurs du Lac Tchad, qui sépare le Nigéria du Tchad. Ces villages avaient déjà fait l'objet d'attaques, en janvier 2015 et avaient ensuite été désertés. Faussement considéré comme «débarassés de Boko Haram», ces villages avaient été repeuplé depuis un mois, avec l'autorisation de l'armée. Selon Abubakar Gamandi, les villages étaient «sécurisés par l'armée pour relancer leur commerce de poisson».

Les détails à suivre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales