«Accepter l'accord américain ou se la fermer» : le conseil du prince saoudien aux Palestiniens

«Accepter l'accord américain ou se la fermer» : le conseil du prince saoudien aux Palestiniens© Amir Levy Source: Reuters
Le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane au siège des Nations unies à New York le 27 mars 2018

En déplacement aux Etats-Unis en mars, Mohammed ben Salmane aurait tenu des propos pour le moins virulents à l'encontre des dirigeants palestiniens. Un correspondant de la chaîne israélienne Channel 10 s'est procuré le discours du prince saoudien.

Citant un courrier du ministère israélien des Affaires étrangères, ainsi que trois autres sources américaines et israéliennes, un correspondant de la chaîne Channel 10 News a rapporté ce 29 avril les propos qu'aurait tenus le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, lors d'une réunion à New York, un mois plus tôt :

«Au cours des dernières décennies, les dirigeants palestiniens ont [...] rejeté toutes les propositions de paix qui leur ont été faites. Il est temps que les Palestiniens acceptent les propositions et la négociation, ou qu'ils se la ferment et qu'ils arrêtent de se plaindre.»

Dans son discours, qui aurait «stupéfié» les participants à la réunion, Mohammed ben Salmane aurait par ailleurs déclaré que «la question palestinienne [n'était] pas une priorité dans le programme saoudien». Le prince saoudien aurait affirmé dans la foulée : «Il y a des questions beaucoup plus urgentes et plus importantes à traiter, comme celle de l'Iran.»

L'ambassade saoudienne avait déclaré le 30 mars que la visite du prince héritier aux Etats-Unis en mars dernier était l'occasion de rencontrer des responsables juifs et chrétiens, une démarche soulignant «le lien commun entre tous les peuples, en particulier les croyants».

Lire aussi : Visite du prince héritier saoudien aux USA : la lune de miel entre Washington et Riyad se confirme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter