Israël renonce à expulser les migrants africains, faute de leur avoir trouvé un pays d'accueil

- Avec AFP

Israël renonce à expulser les migrants africains, faute de leur avoir trouvé un pays d'accueil© Jack Guez Source: AFP
Manifestants contre le plan israélien d'expulsion des migrants africains s'opposant à d'autres protestataires anti-réfugiés à Tel Aviv le 24 avril 2018.

Israël n'a pas réussi à trouver un accord avec un ou plusieurs pays pour qu'ils acceptent d'accueillir ses migrants d’origine africaine. L'Etat hébreu annule en conséquence son projet de renvoi de plus de 40 000 réfugiés.

Le gouvernement israélien a annoncé le 24 avril avoir renoncé à son plan d'expulsion de migrants africains entrés illégalement dans le pays, faute d'avoir trouvé un pays acceptant de les accueillir.

Les expulsions visaient une partie des 42 000 migrants d’origine érythréenne et soudanaise vivant actuellement illégalement en Israël. Une source gouvernementale a révélé que les services du conseiller légal du gouvernement avaient informé la Cour suprême de l'abandon du plan après le refus de certains pays tiers, dont les noms n'ont pas été précisés, d'accueillir les migrants.

Un éloignement vers un pays tiers n'est plus d'actualité

Le Rwanda et l'Ouganda avaient été largement cités dans les médias comme les pays avec lesquels Israël aurait négocié l'accueil des migrants expulsés.

«A ce stade, la possibilité de procéder à un éloignement vers un pays tiers n'est plus d'actualité», a reconnu le représentant juridique du gouvernement. 

Le plan d'expulsion avait suscité de nombreuses critiques, notamment du Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU, mais aussi de survivants de la Shoah et d'une partie de la société civile en Israël.

Tel Aviv avait annoncé le 3 janvier 2018 le lancement d'un programme destiné à imposer à près de 40 000 migrants en situation irrégulière de choisir entre leur expulsion moyennant la remise d'environ 2 800 euros, ou leur incarcération. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s'était félicité de la mise en place de ce projet destiné à «faire partir les migrants entrés illégalement».

Selon des chiffres officiels, 4 012 migrants en situation irrégulière ont déjà quitté Israël en 2017, dont 3 332 originaires d'Afrique subsaharienne. 

Les migrants étaient pour la plupart entrés illégalement en Israël via le Sinaï égyptien à compter de 2007. Ce flux a été stoppé avec la fin de la construction par l'Etat hébreu d'une clôture électronique le long de sa frontière avec l'Egypte.

Lire aussi : Israël : pour le chef de la police, les juifs éthiopiens sont «naturellement» suspects

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»