Arabie saoudite : un drone-jouet sème la panique près du palais royal

Arabie saoudite : un drone-jouet sème la panique près du palais royal© Faisal Al Nasser Source: Reuters
Vue de la ville de Riyad

Après que l'armée saoudienne a abattu un drone récréatif qui volait dans une zone proche des palais royaux, la panique s'est emparée des réseaux, allant jusqu'à donner naissance à des rumeurs de coup d'Etat.

Plusieurs médias d’Etat ont annoncé le 22 avril que l'Arabie saoudite mettait la dernière main à une réglementation sur l'utilisation des drones récréatifs, après qu'un engin de ce type eut semé la panique en volant à proximité des palais royaux à Riyad la veille au soir.

«La réglementation pour l'utilisation de drones télécommandés est dans sa phase finale», a déclaré l'agence officielle saoudienne SPA, citant le ministère de l'Intérieur. Le ministère a demandé aux amateurs d'obtenir «temporairement» la permission de la police pour l'utilisation de drones sur certains sites jusqu'à ce que la réglementation soit définitivement approuvée.

Cette déclaration a été publiée après que l'armée saoudienne a abattu, le 21 avril au soir, un drone récréatif non identifié qui avait survolé un quartier de Riyad où se trouvent des palais royaux, déclenchant une alerte dans la capitale. Des vidéos non authentifiées ayant circulé sur les réseaux sociaux ont semblé montrer des tirs nourris dans le quartier, alimentant des rumeurs d'une possible tentative de coup d'Etat.

Mais le gouvernement a exclu toute atteinte majeure à la sécurité, ajoutant qu'une enquête avait été ouverte sur l'incident.

En 2015, l'Autorité de l'aviation civile saoudienne avait interdit l'utilisation de drones télécommandés «de tous types et de toutes tailles» sans autorisation préalable.

La sécurité autour des palais royaux semble avoir été renforcée ces derniers mois, alors que le prince héritier Mohammed ben Salmane, 32 ans, poursuit de profondes réformes, susceptibles d'irriter certains milieux politiques, économiques, religieux et même au sein de la famille royale.

Lire aussi : En visite à Paris, Mohammed ben Salmane visé par une plainte pour «complicité d'acte de torture»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»