Les expulsions de diplomates sont le «résultat des pressions colossales» de Washington, selon Lavrov

- Avec AFP

Les expulsions de diplomates sont le «résultat des pressions colossales» de Washington, selon Lavrov© ANDREJ ISAKOVIC
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov le 21 février 2018 à Belgrade. (image d'illustration)

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a expliqué le 27 mars que les expulsions coordonnées de diplomates russes par les pays occidentaux étaient le «résultat des pressions colossales» exercées par l'administration américaine.

La décision d'une vingtaine de pays d'expulser des diplomates russes après l'empoisonnement d'un ancien agent double russe en Grande-Bretagne est le «résultat des pressions colossales» de Washington, selon le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, qui s'est exprimé le 27 mars depuis Tachkent, en Ouzbékistan. 

«Quand on demande à un ou deux diplomates de quitter tel ou tel pays, tout en nous murmurant des excuses dans l'oreille, nous savons précisément que c'est le résultat des pressions colossales, d'un chantage colossal qui constituent, malheureusement, l'arme principale de Washington sur la scène internationale», a déclaré Sergueï Lavrov, lors d'un point de presse à Tachkent retransmis par la télévision russe.

«Personne ne souhaite tolérer une telle muflerie»

23 pays, dont 16 membres de l'Union européenne, ont décidé d'expulser au moins 116 diplomates russes, dans le cadre de représailles du camp occidental après l'empoisonnement, le 4 mars, de l'ancien espion russe Sergueï Skripal sur le sol britannique, que Londres accuse Moscou d'avoir perpétré.

Nous allons riposter, n'en doutez pas!

Washington mène de loin le mouvement avec l'expulsion de 60 diplomates russes considérés comme des «agents de renseignement» et la fermeture du consulat de Russie à Seattle, sur la côte Ouest.

«Nous allons riposter, n'en doutez pas! Parce que personne ne souhaite tolérer une telle muflerie et nous n'allons pas le faire», a encore souligné Sergueï Lavrov.

Lire aussi : La Nouvelle-Zélande veut bien expulser des espions russes, mais elle n'en trouve pas

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.