Fake News ? Le Monde fait dire à Poutine qu'il «avoue» réfléchir à modifier la Constitution russe

Fake News ? Le Monde fait dire à Poutine qu'il «avoue» réfléchir à modifier la Constitution russe© Alexey NIKOLSKY / SPUTNIK Source: AFP
Vladimir Poutine a assuré qu'il n'envisageait pas encore de changer la constitution russe

Contrairement à ce que le site du Monde a fait savoir le 19 mars, après une mauvaise traduction de sa part, Vladimir Poutine n'a pas déclaré qu'il «pensait» à réformer la Constitution afin de se représenter en 2024.

Le 19 mars, le site du Monde publiait un article intitulé «Deux mandats consécutifs maximum ? Vladimir Poutine avoue réfléchir à changer les règles», traitant de la conférence de presse du président russe, répondant aux questions des journalistes après sa réélection du 18 mars.

Lemonde.fr assure, avec raison, que le maître du Kremlin, ayant atteint la limite de deux mandats présidentiels consécutifs, ne pourra plus se représenter en 2024, en vertu de la Constitution russe. 

Toutefois, le site affiche dans une vidéo intégrée à l'article, une traduction qui ne colle pas avec les questions posées – en russe – par une journaliste à Vladimir Poutine. Ainsi, Le Monde publie un extrait de cette conférence de presse dans laquelle le président russe aurait dit, selon les sous-titres affichés : «Pour l'instant je ne prévois aucune réforme constitutionnelle. Ni pour le chef du gouvernement, ni pour le gouvernement lui-même. Bien sûr, j’y pense». 

Cette traduction n'est pas exacte. Le président réélu répondait en fait à deux questions distinctes posées par une journaliste : la première concernait la formation de son nouveau gouvernement, la seconde son éventuelle volonté de modifier la Constitution, sans autre précision (à partir de 9'10 dans la vidéo ci-dessous).

Et Vladimir Poutine a répondu à ces questions : «Pour l'instant je n'envisage pas de réforme constitutionnelle. En ce qui concerne le président du gouvernement [Premier ministre], encore une fois, je vous répète, j'y pense...». Le «j'y pense» de Vladimir Poutine fait donc référence à la formation de son futur gouvernement, non à quelque éventuel projet de réforme constitutionnelle. N'en déplaise aux journalistes du Monde.

Lire aussi : La paille et la poutre : quand les médias français critiquent la couverture présidentielle de RT

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter