Présidentielle russe : qui sont les candidats qui se présentent face à Poutine ?

Présidentielle russe : qui sont les candidats qui se présentent face à Poutine ?
Photo ©Maxim Shemetov/Reuters

Dans une présidentielle russe dominée par un Vladimir Poutine au plus haut dans les sondages, les autres candidats peinent à exister. Du stalinien Maxime Souraïkine au nationaliste Vladimir Jirinovski, les Russes ont pourtant l'embarras du choix.

Conséquence de la popularité de Vladimir Poutine en Russie, l'élection présidentielle russe peut parfois prendre des airs de plébiscite. Pour autant, hormis le président sortant, on compte sept hommes et une femme, couvrant un large spectre politique. Mais ceux-ci semblent avoir du mal à animer une campagne quelque peu atone : selon un sondage cité par l'agence TASS, plus de la moitié des Russes interrogés seraient incapables de citer plus de quatre candidats à l'élection présidentielle dont le premier tour doit avoir lieu le 18 mars 2018.

Pavel Groudinine, le candidat communiste et millionnaire

Présidentielle russe : qui sont les candidats qui se présentent face à Poutine ?
Photo ©Sergei Karpukhin/Reuters

Pavel Groudinine

57 ans

Parti : Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF)

Pour la présidentielle de 2018, le Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF) a choisi de se séparer de son dirigeant historique Guennadi Ziouganov, qui devait sa légitimité de candidat au fait qu'il avait manqué de peu de battre Boris Eltsine en 1996. Le KPRF a ainsi choisi comme porte-étendard le millionnaire Pavel Groudinine, qui articule modernité et programme communiste. Si le candidat veut s'attaquer à l'évasion fiscale et aux inégalités en taxant plus les couches aisées de la population, il est aussi l'actionnaire principal d'un sovkhoze, structure de production héritée de l'URSS, dans la région de Moscou. Les affaires marchent très bien pour Pavel Groudinine, le roi de la fraise en Russie, au point que son sovkhoze est surnommé «la petite Suisse».

Pavel Groudinine peut compter sur le large réseau hérité de l'ère soviétique par le KPRF pour fédérer les nostalgiques de l'URSS. En politique étrangère, Pavel Groudinine combine communisme et approche patriotique et nationaliste.

Crédité de seulement 7% d'intentions de vote, il a ainsi la lourde tâche d'animer une campagne en berne pour sa formation politique, qui est l'un des quatre partis représentés à la Douma, la chambre basse du Parlement russe.

Vladimir Jirinovski, l'éternel trublion

Présidentielle russe : qui sont les candidats qui se présentent face à Poutine ?
Photo ©Maxim Shemetov/Reuters

Vladimir Jirinovski

71 ans 

Parti : Parti libéral-démocrate de Russie (LDPR)

Vladimir Jirinovski est le candidat de toutes les outrances, des propositions choc... et des propos insultants et grossiers. Lors de la campagne des législatives de 1993, il a ainsi proposé que la vodka soit gratuite pour tous les hommes et que les femmes bénéficient de sous-vêtements de qualité. Cette année-là, son parti, le LPDR, a d'ailleurs fait un de ses meilleurs scores, près de 23%. En 2002, particulièrement ivre, il s'en prend avec force mots d'oiseaux à la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice et au président George W. Bush.

Vladimir Jirinovski a l'insulte toujours aussi facile. Le 28 février 2018, lors d'un débat télévisé très animé, il traite la candidate Xénia Sobtchak de «débile», «prostituée», «saleté», «ordure», «ignoble gonzesse» ou encore «sale p*te».

Avec Pavel Groudinine, Vladimir Jirinovski est l'autre candidat disposant d'une formation politique représentée à la Douma. Vladimir Jirinovski s'est présenté avec constance à toutes les élections présidentielles depuis la disparition de l'URSS.

Ultranationaliste, il prône par exemple le rattachement à la Russie de l'Alaska, vendue aux Etats-Unis au XIXe siècle. Vladimir Jirinovski dénonce en outre l'immigration, mais surtout – particularité locale – celle des populations du Caucase vers les grandes villes russes comme Moscou.

Xénia Sobtchak, seule «contre tous»

Présidentielle russe : qui sont les candidats qui se présentent face à Poutine ?
Photo ©Maxim Shemetov/Reuters

Xénia Sobtchak

36 ans

Parti : Initiative citoyenne

Benjamine de l'élection, Xénia Sobtchak se positionne en candidate anti-système. En 2018, elle publie le livre programme Sobtchak contre tous, une référence explicite pour les Russes à une disposition particulière des bulletins de vote de l'ère soviétique et encore en vigueur jusqu'en 2006 : la possibilité d'exprimer son désaveu de l'ensemble des candidats.

Pour autant, la candidate à la présidence russe aurait du mal à dissimuler son appartenance au sérail. Elle est en effet la fille de l'un des coauteurs de la Constitution russe post-soviétique, Anatoli Sobtchak, maire de Saint-Pétersbourg de 1991 à 1996 et parrain politique d'un certain Vladimir Poutine. A 36 ans, Xénia Sobtchak a déjà une carrière impressionnante dans l'audiovisuel, ce que ses adversaires, avec une pointe de misogynie, ne manquent pas de tenter d'utiliser contre elle.

Les médias occidentaux tentent de la présenter comme une «marionnette du Kremlin». Hypothèse un peu moins recevable quand on note qu'elle dénonce le rattachement de la Crimée à la Russie en 2014 comme contraire au droit international. Avec un tropisme pro-occidental certain, elle dénonce également l'intervention de la Russie en Syrie et considère la Russie comme une puissance plus européenne qu'eurasiatique. Xénia Sobtchak est la plus pro-Union européenne des candidats, ce qui lui vaut un certain intérêt des médias occidentaux.

Grigori Iavlinski, le boxeur

Présidentielle russe : qui sont les candidats qui se présentent face à Poutine ?
Photo ©Maxim Shemetov/Reuters

Grigori Iavlinski

66 ans 

Parti : Iabloko

Né en 1952, dans ce qui était alors la République socialiste soviétique d'Ukraine, Grigori Iavlinski est connu en Russie comme l'un des théoriciens de la reconversion de l'URSS à l'économie de marché sous l'égide de Mikhaïl Gorbatchev. Tissant des liens avec l'Occident, il séjourne en 1991 à l'université d'Harvard, alors laboratoire théorique et pratique des expérimentations de conversion de l'économie soviétique au libéralisme dans les années 1990. Avec pour conséquence l'effondrement du niveau et de l'espérance de vie de la population russe et l'émergence des oligarques. En 1993, il fonde son propre parti politique, Iabloko, «la pomme» en russe.

Champion de boxe d'Ukraine en 1967 et 1968, Grigori Iavlinski s'est également illustré lors de deux prises d'otages, l'une en Tchetchénie en 1994 et l'autre, dans un théâtre à Moscou en 2002. C'est lui qui avait alors assuré les négociations avec les terroristes. C'est la troisième fois que Grigori Iavlinski se présente à l'élection présidentielle.

Sergueï Babourine, l'«intrus»

Présidentielle russe : qui sont les candidats qui se présentent face à Poutine ?
Photo ©Iliya Pitalev/Sputnik

Sergueï Babourine

59 ans

Parti : Union des peuples russes

Né en 1959 dans le Kazakhstan soviétique, Sergueï Babourine défend les couleurs de son parti pan-russe baptisé Union des peuples russes. Les Russes se souviennent de lui comme de l'un des sept seuls députés à s'être opposés à la dissolution de l'URSS en 1991. En 2007, Sergueï Babourine s'illustre encore dans l'opinion publique en proposant une loi prévoyant de verser à chaque Russe quelque 4 millions de roubles, l'équivalent, alors, de 150 000 euros. La mesure, qui pourrait paraître irréaliste et démagogique, visait à dédommager les Russes pour la période des années 1990 lors de laquelle les entreprises publiques, propriété du peuple sous l'ère soviétique, ont été vendues à des investisseurs souvent occidentaux.

Porteur d'un programme que l'on pourrait qualifier de «néo-soviétique», Sergueï Babourine milite ainsi pour le rétablissement de programmes sociaux, dans la tradition de l'Etat providence. Contrairement à, par exemple, une Xénia Sobtchak, Sergueï Babourine voit en la Russie une puissance plus eurasiatique que seulement européenne. Il veut ainsi poursuivre l'intégration de la Russie dans l'espace économique des BRICS, en développant les relations avec l'Inde, la Chine ou encore le Brésil.

Articulant ainsi tout à la fois patriotisme, défense des conditions de vie des Russes, mais également une volonté de maîtriser les flux migratoires en provenance des anciennes républiques de l'URSS, Sergueï Babourine, se définit lui-même comme un «intrus» dans la présidentielle russe. 

Boris Titov, l'avocat des PME russes

Présidentielle russe : qui sont les candidats qui se présentent face à Poutine ?
Photo ©Eduard Korniyenko/Reuters

Boris Titov

57 ans

Parti : Parti de la croissance

Boris Titov assume complètement son rôle de figurant dans cette élection présidentielle russe. Fondateur du Parti de la croissance, chef d'entreprise, il est également délégué pour les milieux d'affaires auprès du président russe. Issu de Russie unie, le parti qui soutient Vladimir Poutine, il conçoit sa candidature comme l'occasion de faire entendre la voix des PME russes et de promouvoir l'esprit d'entreprise.

Maxime Souraïkine, le communiste version Staline

Présidentielle russe : qui sont les candidats qui se présentent face à Poutine ?
Photo ©Maxim Shemetov/Reuters

Maxime Souaïkine

39 ans

Parti : Communistes de Russie

A 39 ans, il est, avec Xénia Sobtchak, l'un des deux candidats les plus jeunes. Pour autant, il puise ses références dans l'histoire russe du milieu du siècle dernier et se présente comme un stalinien convaincu. Il est à la tête des Communistes de Russie, mouvement issu d'une scission d'avec le Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF) en 2012. Accusé de figurer dans l'élection seulement pour affaiblir le KPRF, Maxime Souraïkine ne devrait toutefois pas affecter outre mesure le score de Pavel Groudinine. Selon l'institut VTsIOM, il n'est crédité que de 0,3% des intentions de vote.

Lire aussi : Cinq (fausses) idées reçues sur la présidentielle russe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter