«On a besoin de la Russie. On doit parler à Poutine», martèle Nicolas Sarkozy à Abou Dabi

«On a besoin de la Russie. On doit parler à Poutine», martèle Nicolas Sarkozy à Abou Dabi© Eric Feferberg/ POOL New Source: Reuters
L'ex-président de la République française Nicolas Sarkozy, en novembre 2016 (illustration)

Lors d'une conférence internationale à Abou Dabi, où étaient abordés les grands sujets mondiaux actuels, l'ex-président français aurait affirmé que la Russie était un acteur incontournable et qu'il était inenvisageable de ne pas dialoguer avec elle.

Hôte de la conférence internationale «Abu Dhabi Ideas Weekend», conférence internationale organisée le 3 mars aux Emirats arabes unis et dont l'objectif affiché était de discuter des problématiques qui «balayent le globe», Nicolas Sarkozy aurait prôné, devant quelque 150 personnes, un renforcement du dialogue entre Occident et Russie.  

Selon le site BuzzFeed, qui rapporte s'être procuré un enregistrement audio de l'ensemble de la conférence, l'ancien chef d'Etat français, alors qu'il était interrogé sur Vladimir Poutine, a déclaré : «La Russie est le pays qui a la plus grande superficie du monde. Qui peut dire qu'on ne doit pas parler avec eux ? C'est fou comme idée ! On a besoin de la Russie. On doit parler à Poutine, il faut lui parler surtout si on est pas d'accord.»

Nicolas Sarkozy aurait ajouté que la Russie était «un partenaire important dans le monde d'aujourd'hui», en particulier pour l'Europe – alors que les relations russo-européennes souffrent, notamment, du maintien des sanctions économiques contre Moscou liées à la crise ukrainienne.   

Y a-t-il un risque que la Russie envahisse un autre pays ? Je ne crois pas.

Affirmant que le président russe «respect[ait] la force» tout en étant pour autant «prévisible», l'ancien président français a insisté sur la nécessité de discuter avec lui, malgré l'existence de désaccords. «C'est impossible de faire sans [les Russes]», a-t-il synthétisé, balayant également les accusations, régulièrement portées en Occident, sur le caractère supposément belliqueux ou menaçant de la Russie : «Y a-t-il un risque que la Russie envahisse un autre pays ? Je ne crois pas.» 

Lors de cette conférence à Abou Dabi, l’ex-locataire de l’Elysée a également évoqué, selon BuzzFeed, le référendum sur le Brexit («Une idée bizarre »), son refus de l'adhésion de la Turquie à l'UE («Ce n’est pas une question de générosité, c’est une question de géographie») ou encore la brûlante question migratoire («Si on ne développe pas l’Afrique, l’Europe explosera»).

Lire aussi : Avec chaque président français, les relation franco-russes n'ont fait que se dégrader

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»