#TwitterLockOut : la purge des robots sur Twitter a-t-elle tourné à la censure des conservateurs ?

#TwitterLockOut : la purge des robots sur Twitter a-t-elle tourné à la censure des conservateurs ? © Kacper Pempel Source: Reuters
Image d'illustration

Aux Etats-Unis, les conservateurs crient à la censure, dénonçant le zèle de la purge des comptes automatisés réalisée par Twitter, qui a touché nombre d'internautes. Le réseau social n'a pas commenté l'affaire.

Les robots sont-ils exclusivement conservateurs ? Aussi étrange qu'elle puisse paraître, la question peut se poser suite à une purge d'ampleur des comptes automatisés réalisée par Twitter le 21 février.

Si le réseau social n'a rien confirmé officiellement, nombre d'internautes américains se sont plaints d'avoir perdu du jour au lendemain de nombreux abonnés mais aussi d'avoir vu leurs comptes verrouillés. A tel point que le mot clé #TwitterLockOut (mis dehors de Twitter) s'est hissé dans les tendances mondiales du moment.

Purge des robots... ou des conservateurs ?

Deux versions s'affrontent pour expliquer le phénomène. D'un côté, les milliers de victimes, dans l'immense majorité des conservateurs, soutiens de Donald Trump, estiment que le réseau social cherche à les censurer. «Pourquoi est-ce que j'ai perdu 100 abonnés ? Twitter censure les discours conservateurs et de droite pour la seule raison qu'il n'est pas d'accord avec [eux]», s'indigne un internaute.

Le problème mis en avant par ces derniers est que le réseau social aurait fait du zèle dans sa chasse au robots, clôturant des comptes qui ne sont manifestement pas gérés par une intelligence artificielle. «Twitter a fermé mon compte et celui de @TyEducatingLibs il y a quelques minutes», affirme ainsi un internaute, diffusant une capture d'écran sur laquelle il est accusé par le réseau social d'avoir eu un «comportement automatisé».

«Apparemment Twitter veut purger les "robots russes". Je fais des vidéos en live et j'ai ma foutue photo sur mon profil», poursuit cet internaute à 230 000 abonnés, furieux d'avoir été confondu avec une intelligence artificielle.

Au-delà de cela, la cible de cette purge interpelle nombre d'internaute : «Si c'était pour les robots, pourquoi cela n'affecte que les conservateurs ?»

Si cette assertion est difficilement vérifiable, force est de constater que les utilisateurs aux penchants plus progressistes n'ont pas signalé avoir été touchés par cette purge. Au contraire, l'émoi que celle-ci a suscité chez les conservateurs a été accueillie avec une bonne dose de sarcasme par leurs adversaires politiques. «Les conservateurs sont furieux d'avoir perdu des faux abonnés russes. Ils vont jusqu'à dire que c'est de la censure. C'est la chose la plus drôle et la plus révélatrice sur le plan intellectuel depuis que [Donald] Trump a regardé l'éclipse», raille ainsi un internaute.

«Apparemment, Twitter a banni des milliers et des milliers de comptes de robots russes ce soir, et maintenant tous les partisans de [Donald] Trump se plaignent qu'ils sont "censurés" puisque beaucoup ont perdu la majorité de leurs abonnés», s'amuse un autre.

Les conservateurs ont pourtant de bonnes raisons d'être méfiants envers Twitter. Mi-janvier, le réseau social s'est retrouvé au centre d'une polémique pour ses pratiques à l'éthique plus que douteuses, révélées par des anciens collaborateurs lors d'interviews en caméra cachée.

Outre la collecte de données personnelles à grande échelle à laquelle s'adonne l'entreprise, l'entreprise a également été pointée du doigt pour sa pratique du «shadow ban», qui permet de bloquer un compte sans que l'utilisateur ne s'en aperçoive. Et lors de ces interviews en caméra cachée, les employés ne faisaient pas mystère de viser notamment avec cette technique les utilisateurs pro-Trump.

Lire aussi : Plusieurs ex-employés de Twitter admettent censurer les utilisateurs politiquement incorrects

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter